Bien nourrir son microbiote intestinal avec les prébiotiques

Comment nourrir les bactéries de notre intestin qui nous maintiennent en bonne santé ? Il suffit de leur fournir les prébiotiques qu'elles affectionnent : amidons résistants, fructanes, béta-glucanes, fibres ou polyphénols. De quoi s'agit-il et où les trouve-t-on ?

Viesaineetzen.com - Bien nourrir son microbiote intestinal avec les prébiotiques

Les toutes dernières recherches depuis l'an 2000 montrent que les grandes maladies de société sont associées à un déséquilibre bactérien dans notre tube digestif qui compte des milliers de milliards de petites bestioles.
(Voir : Diabète, Parkinson, cancer… Soigner sa flore intestinale ; Les causes des maladies chroniques)

Publicité

En savoir plus

Exemple de menus pour une journée

Petit déjeuner
Porridge aux flocons d'avoine

Déjeuner
Salade de riz complet façon niçoise ;
fromage blanc, banane, chocolat.

Dîner
Velouté orange de lentilles corail au potimarron et à l'orge, fromage de brebis ;
fromage blanc, confiture de châtaigne, pêche.

(Extrait de Le régime microbiote en 60 menus, éditions Mediclaro)




Moins de viande, de sel, de sucre… les recommandations de l’agence sanitaire

Le PNNS (Programme National Nutrition Santé) vient d'être actualisé. Parmi les nouvelles recommandations :
- réduire la consommation de viande (pas plus de 70 g/jour) et de charcuterie (pas plus de 25 g/jour),
- pas plus d'un verre par jour de boisson sucrée (soda, jus de fruit, nectar…).
Et toujours :
- cinq fruits et légumes par jour,

Source : Le Monde, par Pascale Santi et Sandrine Cabut
 

Protéines : 5 aliments végétaux pour se passer de viande

Flexitariens (alternant un régime végétarien et omnivore), végétariens ou vegans, nous sommes de plus en plus nombreux à réduire notre consommation de viande. Pour l'apport en protéines, pas de problème, ces dernières sont toutes présentes dans les végétaux.

Source : La Nutrition, par Hugo Struna
 

Graisse brune, endorphines... Les raisons de vous réjouir de la vague de froid

Danger évident pour les sans-abri ou les personnes à la santé fragile, le froid peut apporter de nombreux bienfaits, selon Frédéric Saldmann, cardiologue et nutritionniste. Il stimule la croissance de la "graisse brune" qui se situe en haut du dos et sur les épaules et qui augmente les dépenses énergétiques.

Source : 20 Minutes, par Céline Boff
 

Gingembre : les bonnes raisons de s'en râper quelques tranches

Voici 7 vertus, prouvées scientifiquement, qui peuvent inciter à intégrer le gingembre dans les plats, desserts et boissons.
- Il est efficace pour combattre les nausées (grossesse, chirurgie, chimio, mal des transports...).
- Il facilite la digestion.
- Il réduit les douleurs musculaires.

Source : Le Parisien
 

Exercice : une seule séance agit comme un anti-inflammatoire

Une réduction de 5 % de la production de cytokines inflammatoires après seulement 20 minutes de marche sur un tapis roulant… C'est le résultat encourageant qui vient d'être obtenu par une équipe de chercheurs californiens auprès d'une cinquantaine de participants.

Source : Santé Log
 

Perte auditive : c'est peut-être le manque de fer

L'anémie due à un déficit de fer serait liée à la perte auditive, selon une étude réalisée auprès de plus de 300 000 adultes de 21 à 90 ans.

Source : La Nutrition, par Juliette Pouyat
 

Troquez le chocolat chaud pour un lait d'or, à base de curcuma

Boisson utilisée en médecine ayurvédique pour ses vertus digestives et détoxifiantes, le "lait d'or" est idéal pour l'hiver. Il suffit de former une pâte avec de l'eau, du curcuma, du gingembre et du poivre, de l'incorporer dans du lait végétal (coco, soja ou amande), de verser de l'huile de coco ou de l'huile d'olive. Si l'on veut sucrer on peut ajouter un peu de miel et de cannelle.

Source : Le Parisien
 

Légumes lacto-fermentés : pourquoi en manger, comment les préparer

Yaourt, choucroute… La lacto-fermentation permet une meilleure conservation des aliments et leur assimilation plus facile par l'organisme. En effet, le procédé rendrait les minéraux plus solubles, notamment le fer, et augmenterait les taux de vitamines, notamment C, B6 et B12. Par ailleurs les aliments lacto-fermentés sont une source intéressante de probiotiques et de prébiotiques.

Source : La Nutrition, par Priscille Tremblais
 

Asthmatique et sportif, sans problème !

Contrairement à une idée couramment répandue, le sport n'est pas incompatible avec l'asthme. Il est même conseillé car il améliore la fonction respiratoire. À condition de prendre quelques précautions et de choisir judicieusement sa discipline…

Viesaineetzen.com - Asthmatique et sportif, sans problème !

Beaucoup de personnes asthmatiques pratiquent le sport sans aucun problème. Les autres peuvent ressentir une gêne voire déclencher des crises spécifiques à l'effort. Dans ce cas, il ne faut pas reculer ! "Les asthmatiques doivent faire du sport comme tout un chacun pour les bienfaits que cela peut apporter au niveau de la santé, notamment la protection du système cardiovasculaire, le maintien de la masse musculaire", assure Isabelle Bossé, allergologue, présidente du Syfal*.
Du reste, beaucoup de grands sportifs sont asthmatiques.

Publicité

En savoir plus

Le déclenchement de la maladie asthmatique

À l’intérieur des bronches, un mucus épais, provoqué par une inflammation des voies respiratoires, gêne la circulation de l’air. Parallèlement, les muscles autour des bronches se contractent (bronchospasme). C’est ce qui provoque la gêne respiratoire.
L’asthme n’est pas toujours d’origine allergique mais il est associé à des allergies respiratoires dans 80 % des cas environ**.

Il existe des facteurs de risques génétiques et environnementaux.
"Au départ il y a un terrain qui est déterminé génétiquement et qui fait qu'on peut être potentiellement allergique. Ce terrain ajouté à des facteurs environnementaux vont déterminer le fait qu'on va ou non déclencher une maladie asthmatique", explique Isabelle Bossé, allergologue, présidente du Syfal*.

Souvent l'asthme commence chez les nourrissons sous forme de bronchiolites fréquemment déclenchées par des bactéries ou des virus. "Certains bébés vont faire une ou deux bronchiolites puis vont guérir et ne seront jamais asthmatiques plus tard. D'autres, qui possèdent certaines particularités génétiques, vont évoluer vers des sensibilisations, des bronchites sifflantes (asthme viro-induit) et devenir de vrais asthmatiques."

Éviter l'air froid et sec
Lorsqu'on pratique de l'exercice physique à l’extérieur, par temps froid et sec, l'effort peut déclencher une crise d'asthme, même lorsqu'on n'est pas asthmatique.


                
Syndiquer le contenu