Lutter contre le stress

44% des français se disent stressés. Entre la surcharge de travail, les incertitudes sur l’avenir, et les tracas de la vie de famille, nous nous plaignons de plus en plus souvent d’être victime du stress…

Vie saine et zen - Lutter contre le stress

Le stress est une réaction de l’organisme face à une agression extérieure. Le corps produit alors deux hormones pour se défendre : l’adrénaline et le cortisol.
L’adrénaline favorise la dilatation des bronches et accélère le rythme cardiaque.

En savoir plus

Méditer, c'est bon pour la santé !

Richard Davidson, professeur de psychologie et de psychiatrie à l’université du Wisconsin, a réalisé une étude sur les méthodes de détente. Il a découvert que méditer régulièrement augmenterait l’activité de la partie antérieure du cerveau gauche, laquelle est associée à la gestion des émotions positives, et de là, à une meilleure qualité des défenses immunitaires.

Le cortisol maintient un taux de sucre constant dans le sang.
L’effet de ces deux hormones permet au corps de faire face aux situations difficiles.

44 %

des français
se disent
stressés


22 %

des salariés européens estiment
que leur santé est affectée par
des problèmes de stress au travail


40 %

des français font du sport
pour se détendre
et éliminer le stress






Matières grasses : les bonnes et les mauvaises

Pour faire fonctionner correctement notre organisme, les matières grasses sont indispensables, il ne faut pas chercher à les éliminer de notre alimentation. Mais en revanche il faut apprendre à en gérer la dose, et faire le tri entre les bonnes et les mauvaises…

Vie saine et zen, Matières grasses

Les matières grasses sont une source importante d'énergie.
Elles contiennent des nutriments, les lipides, qui sont nécessaires au bon fonctionnement de l'organisme.

En savoir plus

Triglycérides et insaponifiable

Les lipides sont composés en majorité par ce qu'on appelle des "triglycérides" c'est-à-dire une molécule de glycérol et de trois acides gras, en proportions variables selon les types de graisses.
Ils contiennent également une partie non grasse, appelée insaponifiable riche en vitamines (A, D, E), phytostérols, squalène…

Ne pas trop chauffer les graisses
À forte température, un des composés des lipides, le glycérol, peut former un gaz toxique. Cette température critique varie selon la nature des graisses. Si on la dépasse, le corps gras se met à mousser puis à fumer. Il vaut mieux alors ne pas le consommer.

À voir en vidéo




Matières grasses : les bonnes et les mauvaises (suite)

Les acides gras saturés : mauvais pour le cholestérol
Ils sont présents massivement dans les viandes et les produits laitiers, beurre, saindoux, margarine, certaines huiles et aliments raffinés.
Beaucoup d'aliments produits industriellement (biscuits, gâteaux, plats cuisinés, produits chocolatés…) en regorgent du fait de leur teneur en huiles de palme, de palmiste ou de coprah, qui sont peu coûteuses. Ce sont ces corps gras qui donnent de l'onctuosité à la pâtisserie industrielle et qui lui permettent de se conserver très longtemps.

Certains acides gras saturés, notamment dans les produits laitiers, pourraient posséder à faible dose des propriétés intéressantes.
Mais ceux qu'on trouve dans les huiles des produits industriels sont considérés comme nocifs pour l'organisme, car ils augmentent la cholestérolémie et donc le risque cardio-vasculaire.

30 %

maximum de l'apport énergétique quotidien en matières grasses


75 %

du cholestérol est produit par le foie ;
les aliments ne fournissent que les 25 % restant


1 %

environ d'acides gras oméga 3
dans le hareng ou le saumon



À voir en vidéo




L'heure du goûter

Pour le goûter, êtes-vous plutôt pâtisseries, pâte à tartiner, confiseries en tout genre ? Ou fruits, gâteaux maison, jus de fruits frais ?…
"Choisis ton camp c’est important !" me disait ma maman.
Oui mais entre faire du bien à mon corps et réjouir mes papilles avec des produits plein de sucres et de graisse, j’ai eu bien du mal à choisir.
Alors, comment combiner bien-être et plaisir ? Le goûter est–il indispensable pour les adultes ? Et que faut-il donner aux enfants ?

Vie saine et zen - L'heure du goûter

Depuis le 28 février 2007, un décret d'application et un arrêté de la loi du 9 août 2004 relative à la politique de santé publique imposent aux annonceurs de certains produits alimentaires (ceux où sont ajoutés sucre, sels, ou édulcorants ; ensemble ou séparément) d'introduire des messages de prévention au sein de leurs publicités.

Des recommandations réglementaires… Mais pas obligatoires
À la télévision ces messages sanitaires prennent la forme d'un bandeau déroulant sous la publicité.
Voici le type de message que vous pouvez croiser :
"Pour votre santé, mangez au moins cinq fruits et légumes par jour."
"Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière"

2 heures

le temps minimum
entre le goûter du dîner


29 %

des femmes
prennent un goûter


16 %

des hommes
prennent un goûter






L'heure du goûter (suite)

Que pensent les naturopathes du goûter ?
Pour la naturopathe Valérie Misto, les enfants et les adultes doivent profiter de ce moment de la journée pour consommer des fruits (pommes, poires, pêches, prunes, cerises, etc…) et des oléagineux (amandes, cajous, sésame, pistaches, noix, etc…), ils sont une bonne source d’oméga 3. Le plaisir doit aussi rester au centre de l’alimentation.

En savoir plus

Une recette à découvrir : le confit de noisettes

Vous pouvez aussi partir à la découverte de nouvelles recettes, et pourquoi pas testez sur une tartine le confit de noisettes de Françoise Bon (recette extraite de son livre Petits déjeuners et goûters bio, soyez en forme toute la journée ! éditions Anagramme).

Mélangez 2 cuillères à soupe de purée de noisettes (ou amandes, sésames, etc…) avec 2 à 3 cuillères à café de sirop de riz (ou d’agave). Cette purée se conserve très bien dans un petit bocal, et remplacera avantageusement une certaine pâte à tartiner très célèbre sur vos tartines, brioches, galettes ou autres produits du goûter.

Le goûter à la même fonction que la collation matinale. Il permet de consommer des fruits qui apportent de l’eau, de la vitamine C, quelques vitamines du groupe B.




Les petits bonheurs du quotidien (suite)

Comment être dans un état d’esprit positif en fin de journée ? Et quels sont les petits trucs à mettre en place dès le retour chez soi ?
F.R. : Il faut décompresser en douceur. Créer un sas de décompression avant de rentrer chez soi permet d’être prêt à vivre pleinement une soirée bien remplie. Mettre la musique que l’on aime dans sa voiture, prendre un pot entre amis, rentrer à pieds pour être avec soi, etc., sont autant de petits trucs à mettre en place sur le chemin du retour qui peuvent vous aider à laisser vos soucis à la porte de chez vous.

Une fois dans votre "nid douillet", chercher à découvrir ce qui vous rend particulièrement bien et détendu. Une petite tisane, un bain de pieds (une poignée de lavande, de menthe verte et de sel marin dans un bassine d’eau tiède), un court chahut avec les enfants, un auto-massage des pieds… Pour ma part, j’ai opté pour le confort à la japonaise. Quel plaisir d’ôter ses chaussures en arrivant chez soi pour bien marquer la coupure avec l’extérieur !

10 minutes pour soi
Éditions Flammarion

Françoise Réveillet

10 minutes de petits bonheurs
Éditions Flammarion





Les petits bonheurs du quotidien

"Personne ne se soucie de bien vivre, mais de vivre longtemps, alors que tous peuvent se donner le bonheur de bien vivre, aucun de vivre longtemps." (Sénèque)
Chacun de nous devrait régulièrement relire cette phrase et se demander quels sont les petits bonheurs simples qui le rendent heureux.
J’ai rencontré pour vous Françoise Réveillet auteur de "10 minutes pour soi".

Vie saine et zen - Les petits bonheurs du quotidien

On retrouve cette célèbre phrase de Sénèque dans votre livre, a-t-elle toujours été une règle de vie pour vous ?
Françoise Réveillet : J’ai toujours cherché à mettre en lumière les petits bonheurs du quotidien dont fait partie l’attention à soi sous toutes ses formes. Il est très important pour moi d’adopter une démarche positive pour se sentir de mieux en mieux. Nous sommes les seuls responsables de notre bonheur.

En savoir plus

Le pays du bonheur

Des chercheurs de l'université de Rotterdam ont établi un classement mondial du bonheur, établi pour la période 1995-2005 à partir de 953 indicateurs. Les cinq pays les mieux classés sont le Danemark, la Suisse, l'Autriche, l'Islande et la Finlande. Les Français n’arrivent qu’en 39e position de ce classement.

Qu’est ce qui vous a donné l’envie d’écrire ce livre ?
F.R. :Tellement de personnes me disent : "j’adorerais m’occuper de moi, mais je n’ai pas le temps." J’avais envie de leur répondre, et surtout de leur prouver qu’elles pouvaient le faire.




L'amour, c'est bon pour la santé

On parle bien plus souvent des difficultés de la vie à deux, que des bienfaits qu’elle procure.
Beaucoup d’études montrent que les gens mariés ou en couple souffrent moins de maladies cardio-vasculaires, de cancer, de dépression, de pneumonie, de grippe, de maladie du foie et des poumons.
Et oui, figurez-vous qu’en plus d’être agréable, aimer et faire l'amour c’est bon pour la santé !…

Vie saine et zen - L'amour, c'est bon pour la santé

Bien sûr pour bénéficier des nombreux avantages de la vie à deux, il ne suffit pas de vivre à côté de quelqu’un, il faut aussi et surtout que la relation se passe bien.

Attention au stress conjugal !
Un exemple : d'après une étude parue dans le "British Medical Journal" les patients ayant vécu un "événement coronaire sévère" ont trois fois plus de chances d’en connaître un deuxième si leur relation de couple n’est pas épanouissante.

50 à 300 kcal

sont dépensées
par l'organisme
lorsque
nous faisons l'amour


45 %

moins de risques
de faire une crise cardiaque
pour les hommes qui font l'amour
deux fois par semaine


144

c'est le nombre moyen
de rapports sexuels
des français
par an






Vous reprendrez bien du poisson ? (suite)

Choisir des poissons d'élevage bio
Poisson sauvage ou d'élevage ? On est là au centre d'une polémique.
D'un côté, les tenants de l'aquaculture expliquent que l'élevage de poissons permet de mieux contrôler leur teneur en produits toxiques.

De l'autre, les écologistes s'alarment de la manière avec laquelle on alimente les poissons d'élevage : farines animales (parfois d'origine terrestre), huiles animales et grandes quantités de petits poissons de pêche à teneur élevée en polluants organiques persistants et dont la pêche massive dépeuple les océans.
Ils dénoncent également les pollutions organiques, chimiques et biochimiques, et les contaminations parasitaires qu'entraînerait l'aquaculture.

Alors pourquoi pas orienter son choix plutôt vers les poissons d'élevage bio ?
Le cahier des charges de l'aquaculture biologique mis en place depuis 2000 apporte un certains nombre de garanties : des techniques d'élevage respectueuses de l'environnement, une alimentation contrôlée et exempte de tous produits d'animaux terrestres.




La première association française d'apithérapie

Le miel, c’est bon, nous sommes très nombreux à ne pas en douter. Mais de là à imaginer qu’il pourrait nous soigner, il ne faut tout de même pas exagérer… Et bien si, exagérons.
Se soigner avec les produits de la ruche intéresse certains scientifiques, ce qui les a conduits à créer avec des passionnés et de fins connaisseurs des abeilles la première association française d’apithérapie.

Vie saine et zen - La première association française d'apithérapie

Un petit nouveau a vu le jour dans le monde associatif, puisque ce lundi 28 janvier 2008 est né l’Association Francophone d’Apithérapie.

En savoir plus

L'apiculture en crise !

Depuis 1995, en France 1/3 des colonies d’abeilles meurent chaque année, et font traverser à l’apiculture l’une des crises les plus alarmantes de son histoire.
Résultat, 1500 apiculteurs, amateurs et professionnels, cessent leur activité et 5000 emplois minimum se voient menacés.

Qu'est-ce que l'apithérapie ?
L’apithérapie consiste à utiliser les produits récoltés, transformés ou sécrétés par l’abeille à des fins diététiques ou thérapeutiques. Miel, pollen, propolis, gelée royale et venin sont autant de cadeaux que les abeilles nous permettent de partager avec elles (voir "apithérapie" sur le site dans "santé", "glossaire").

1977

création
de l’apicosmétique


120 000 000

c'est le nombre d’années
d’existence des abeilles


5%

de la population mondiale
est allergique au venin d’abeille




                
Syndiquer le contenu