Régime flexitarien : santé et respect de l'environnement

Flexible et végétarien, le flexitarien a, selon les études scientifiques, le meilleur régime qui soit sur le plan de la santé avec un impact environnemental modéré.

Viesaineetzen.com - Régime flexitarien : santé et respect de l'environnement

Généralement le flexitarien mange végétarien chez lui, y compris des œufs et des produits laitiers (lacto-ovo-végétarien). Il s'adapte dès qu'il prend ses repas à l'extérieur, au restaurant, en famille ou chez des amis. Il mange de la viande ou du poisson moins d'une fois par semaine mais plus d'une fois par mois (voir encadré).
Ses raisons pour diminuer sa consommation de viande s'articulent autour du bien-être animal, de la santé et de l'impact écologique de l'élevage sur la planète.

Ce régime, apparenté au régime méditerranéen, souple, simple à suivre et qui ne nécessite pas de connaissances approfondies en diététique, serait le régime santé par excellence, selon Édouard Pélissier, chirurgien en cancérologie, membre de l'Académie des sciences de New York.*

En savoir plus

Flexible et végétarien

Flexitarien = semi-végétarien.
Il s'agit d'être flexible dans une pratique alimentaire à dominante végétarienne.

Le mot est apparu au début des années 2000 aux États-Unis et a intégré en France le dictionnaire Robert en 2018.

Il a un certain succès, sans doute car il sonne mieux que "semi" qui suggère que l'on fait quelque chose à moitié. Les adversaires de tout compromis considèrent néanmoins que c'est une notion confuse voire un "buzzword à trois sous".

Mieux que les autres régimes
Comparé au régime omnivore, les études montrent qu'il est associé à moins de prise de poids, moins de cancer, de diabète, de syndrome métabolique et de maladie intestinale inflammatoire chronique.*




Jardiner sans se faire de mal

Revisiter les techniques traditionnelles, concevoir différemment son jardin et privilégier les bonnes postures corporelles… Ce sont les clés d'un jardinage plaisir !

Viesaineetzen.com - Jardiner sans se faire de mal

Jardiner est une activité physique à part entière qui permet une dépense calorique et une détente mentale, qui réduit les risques de maladies cardiovasculaires, d'arthrose, d'ostéoporose. Mais cela peut devenir un cauchemar si l'effort devient trop important, si l'on adopte de mauvaises postures et qu'on finit par traumatiser son dos. Il faut donc jardiner avec modération (voir : Jardiner le week-end).
Blaise Leclerc, expert à l'ITAB (Institut Technique de l'Agriculture Biologique) conseille d'éviter les gestes et les techniques qui ne sont pas indispensables, de concevoir astucieusement son jardin et d'adopter les bonnes postures qui respectent le corps.* 

En savoir plus

Conseils de base

- Faire quelques échauffements et étirements avant de jardiner.

- Ne pas trop prolonger les séances de jardinage, si l'on a le dos fragile.

- Bien aligner sa tête, son cou et son dos, se tenir droit en permanence.

- Soulever toujours une charge en pliant les genoux, sans courber le dos ; dans la mesure du possible ne transporter que de petites quantités à la fois.

- N'utiliser une brouette qu'en cas de nécessité, sur des sols plats et fermes : elle présente un danger dans la mesure où il faut coordonner soulèvement et poussée.

- S'agenouiller sur un tapis de jardin, un coussin ou du foin pour planter ou désherber, garder toujours le dos droit.

- Ne pas bêcher lorsque le sol est dur ou lourd.

- Prendre son temps pour effectuer une tache, faire des pauses pour se détendre et s'étirer.

- Ne pas effectuer une tache pénible en une seule fois, varier les activités.

- Lors de la taille, bien surveiller son dos : le plus léger des outils devient dangereux si l'on doit s'étirer pour le manier.

- Préférez le jet d'eau à l'arrosoir ; si l'on doit utiliser ce dernier, ne le remplir qu'à moitié, porter deux arrosoirs pour équilibrer la charge et maintenir le dos droit.

- Organiser l'abri de jardin de façon à ne pas devoir se pencher pour saisir un outil.

- Lorsqu'on jardine au soleil, porter un chapeau et des vêtements couvrants.

- Protéger ses mains avec une bonne paire de gants ; si l'on travaille mains nues, mettre du beurre de karité, le soir.

Des techniques de jardinage à revoir
La conception du jardinage a changé. On considère aujourd'hui, notamment pour des raisons d'empreinte environnementale, qu'il faut limiter l'arrosage, oublier le désherbage, se passer des traitements, ne pas utiliser de machines…




Pourquoi notre cerveau a absolument besoin de sommeil

Le liquide céphalo-rachidien joue un rôle de nettoyeur du cerveau. C'est la découverte que viennent de faire une neurobiologiste danoise avec une équipe de chercheurs états-uniens. 20 % de l'énergie dépensés par notre métabolisme est consommée par le cerveau qui ne pèse pourtant que 2 % du poids de notre corps.

Source : Le Figaro, par Anne Lefèvre-Balleydier
 

Quelle dose (en minutes) d'espace vert urbain pour une diminution optimale du stress  ?

Entre 20 et 30 minutes dans la nature permet de réduire de manière significative certains marqueurs du stress dans la salive : cortisol (hormone du stress) et alpha-amylase.

Source : Psychomédia
 

Yoga nidra : le yoga du sommeil

Méditation/relaxation guidée, c'est une forme de yoga qui permet de se libérer du stress et, au-delà, d'accéder à un autre niveau de conscience, de se rapprocher de sa vraie nature…

Viesaineetzen.com - Yoga nidra : le yoga du sommeil

Le yoga nidra pourrait être défini comme le "yoga du sommeil" (le mot yoga signifie "union" et le mot nidra signifie "sommeil").

Il s'agit d'une pratique à part entière, proche de la sophrologie, qui permettrait d'explorer nos profondeurs intérieures, d'accéder de manière consciente à l'inconscient. Elle a été popularisée en occident par Swami Satyananda (1923-2009), un maître de yoga indien.

Selon Mathieu, enseignant, fondateur de la Maison du yoga à Paris et directeur de la revue Infos Yoga, il s'agirait plus précisément de se libérer de l'ignorance et de cheminer vers sa vraie nature (turiya), vers un niveau de conscience "cosmique" (voir encadré). Ici le sommeil, paradoxalement, permettrait de s'éveiller…*

En savoir plus

Les cinq niveaux de conscience

La pensée indienne distingue cinq niveaux de conscience qui peuvent s'interpénétrer, explique Mathieu.*

- Niveau reptilien : assure les besoins de l'organisme et les fonctions de survie, exprime des automatismes, des émotions brutes, des pulsions liées à la nourriture, au sommeil, à la protection personnelle.

- Niveau mammalien : permet de produire des rêves, rêveries, créations mentales, fantasmes, idées, abstractions, images, phrases musicales, schéma corporel.

- Niveau humain : permet de construire les outils pour modifier le monde.

- Niveau collectif : permet de transcender l'individualité pour saisir l'appartenance à un groupe humain (l'esprit de corps qui peut générer des exclusions) ou à une espèce.

- Niveau cosmique : permet de se fondre avec sa vraie nature (turiya), avec l'univers. 

Méditation/relaxation guidée
Le yoga nidra se pratique le plus souvent en position allongée sur le sol dans la posture de grande détente (savasana). C'est une sorte de méditation/relaxation guidée où l'on est invité à se concentrer mentalement sur différentes parties du corps, sur la respiration, à faire des exercices de visualisation, à répéter intérieurement une phrase exprimant une forte résolution (samkalpa)…




Pourquoi l'heure d'été est mauvaise pour la santé

Notre santé nécessite de rester le plus en phase possible avec le soleil, selon les chronobiologistes et les médecins spécialistes du sommeil. Rythmes, sommeil, système cardiovasculaire, digestion, cognition, cellules… Notre physiologie est calée sur l'alternance de lumière et d'obscurité.

Source : Le Figaro, par Delphine Chayet
 

L'ail des ours

Comme herbe aromatique, il parfume de nombreux plats et salades… L'ail des ours a aussi des effets bénéfiques pour la détoxification, pour les troubles digestifs ou l'hypertension.

Viesaineetzen.com - L'ail des ours

Originaire des forêts du nord de l'Europe et de l'Asie, l'ail des ours est une plante médicinale connue dès l'Antiquité par les Celtes et les Germains (voir encadré). Son nom vient de la légende selon laquelle les ours s'en serviraient pour se purger, après leur période d'hibernation.

En savoir plus

Des pouvoirs magiques ?

Autrefois, l'ail des ours était associé à la magie blanche. Porté dans les poches d'une femme enceinte, il était censé protéger l'enfant à naître. En Savoie, une coutume consistait à en jeter dans une rivière pour la purifier.

Cousin du poireau
C'est un cousin de l'ail, de l'oignon, de l'échalote, du poireau et de la ciboulette, tous de la famille des alliacées (ou liliacées ou amaryllidacées, selon les classifications).
On l'appelle aussi "ail sauvage", "ail des bois", "ail pétiolé" ou "ail à larges feuilles".




"J’ai une vertèbre déplacée" et cinq autres idées reçues sur le mal de dos

2e motif de consultation en médecine générale, le mal de dos touche 8 personnes sur 10 au moins une fois dans leur vie. Voici 6 idées reçues à déconstruire pour une meilleure prise en charge…

Source : Le Figaro, par Cécile Thibert
 

Sommeil : Les Français passent sous la barre recommandée des sept heures

En moyenne, les 18-75 ans dorment 6h45 chaque nuit en France (6h34 en semaine et en périodes de travail, 7h12 le week-end et en périodes de repos). Ce sont les derniers chiffres du Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’agence sanitaire Santé publique France, recueillis auprès d'environ 12 500 personnes et publiés mardi dernier.

Source : 20 Minutes
 

Non au repos : le sport fait du bien, même aux malades

L'activité physique est incontournable face à une pathologie chronique (cancer, diabète, affection cardiovasculaire ou problème articulaire). Après analyse de toute la littérature scientifique disponible, c'est le message que vient de transmettre l'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) aux malades, aux médecins et aux autorités de santé.

Source : L'Express, par Stéphanie Benz
 
Syndiquer le contenu