Metabio : et si l'agriculture biologique devenait le mode de production majoritaire

En jeu : la transformation des filières et une modification des régimes alimentaires, notamment… Que se passerait-il si l'agriculture biologique changeait d'échelle et devenait majoritaire dans les modes de cultures et d'élevages ? 300 chercheurs se mobilisent, sous l'égide de l'INRAE (Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement).

Source : Actu-Environnement, par Sophie Fabrégat
 

Manger bio pourrait réduire le risque de diabète de type 2 selon une étude

Une réduction de 35 % du risque de diabète de type 2 chez les plus gros consommateurs d’aliments biologiques… C'est la conclusion d'une étude franco-états-unienne réalisée durant 4 ans auprès de plus de 30 000 participants et publiée le 9 novembre dernier dans l’International Journal of Behavioral Nutrition and Physical Activity.

Source : Passeport Santé, par Florine Dergelet
 

A consommer "jusqu’au" ou "de préférence avant"… Sur les paquets, des confusions source de gaspillage alimentaire ?

Ne pas confondre la date limite de consommation (DLC) et la durée de durabilité minimum (DDM) ! La DLC ("consommer jusqu'au") est une date sanitaire. La DDM ("consommer de préférence avant") n'est pas une date sanitaire, elle est indicative et signifie simplement que les produits peuvent perdre en qualité.

Source : 20 Minutes, par Fabrice Pouliquen
 

Enquête : que valent les produits végétariens ?

Ils contiennent en moyenne 39 % d’ingrédients d’origine végétale, le reste étant de l’eau, des matières grasses, des additifs… Les galettes végétales en contiennent plus (53 %) que les produits panés et imitations viande (respectivement 34 % et 30 %).

Source : CLCV
 

Nutri-Score : les aliments les plus mal notés présentent bien un risque de mortalité plus élevé

Une mortalité supérieure de 7 % pour les consommateurs de produits moins bien classés sur l'échelle du Nutri-Score. C'est le verdict d'une étude publiée le 17 septembre dernier et réalisée à partir de données collectées au sein de 10 pays européens, sur plus de 500 000 participants, entre 1992 et 2015.

Source : Les Échos, par Florian Maussion
 

Huit poissons sur dix ne sont pas issus de la pêche durable, alerte l’UFC-Que Choisir

81 % des poissons frais proposés à la vente en grande surface et en poissonnerie de quartier sont pêchés de manière non-durable. Le chiffre grimpe à 95 % pour les surgelés ! C'est le résultat d'une enquête de l'UFC-Que Choisir réalisée auprès d’un millier de poissonneries de grandes surfaces et 139 poissonneries de quartier.

Source : 20 Minutes
 

15 % des Français se disent végétariens ou véganes

75 % des Français ne font aucune restriction sur leur régime alimentaire ou se disent flexitariens, 15 % sont végétariens ou véganes, selon un sondage Feeleat réalisé sur un échantillon représentatif de 1 000 personnes. Parmi les produits les plus souvent écartés de l'alimentation : la viande et les produits transformés.

Source : We Demain, par Morgane Russel-Salvan
 

Sucre : les symptômes du sevrage

Maux de tête, manque d'énergie, douleurs musculaires, nausées, constipation et diarrhée, crampes d'estomac, fringales d'aliments sucrés ou riches en calories, irritabilité ou anxiété, sentiment de déprime… Ce sont les symptômes dont on peut souffrir après l'arrêt du sucre.

Source : La Nutrition, par Sarah Amiri
 

Nutrition : pour bien vieillir, il faut adapter son alimentation à son âge

Se supplémenter en vitamine D, augmenter les apports protéiques au fil des ans (jusqu'à 2 portions de viande, œufs ou poisson par jour et 3 à 4 portions de laitage), adopter une alimentation diversifiée, plaisante, avec un rythme régulier (sans sauter de repas ni grignoter), associée à une activité physique adaptée et régulière.

Source : The Conversation, par Anaïs Cloppet Fontaine, Agathe Raynaud Simon
 

Les aliments industriels ultra-transformés favoriseraient le vieillissement biologique, selon une étude

Deux fois plus de risque d'avoir des télomères courts chez les plus gros consommateurs de produits industriels ultra-transformés (3 ou plus par jour) comparés à ceux qui en consomment le moins (moins de 2)… C'est le constat d'une étude espagnole réalisée auprès de plus de 800 personnes de plus de 55 ans.

Source : 20 Minutes
 
Syndiquer le contenu