La malbouffe est-elle responsable du boom des allergies ?

En cause : des composés qui se forment lors de la cuisson, les AGE, produits terminaux de la glycation, qui sont présents en grande quantité dans les aliments industriels (chips, biscuits, chocolat…). Une étude italienne effectuée auprès de trois groupes d'enfants de 6 à 12 ans et publiée le 8 juin dernier, a montré une corrélation entre les niveaux sous-cutanés d'AGE et la consommation de malbouffe.

Source : Futura Sciences, par Céline Deluzarche
 

Alimentation : protéger votre santé (et la planète) grâce à la règle des "3 V"

Végétal, vrai, varié… Les résultats de la science convergent vers la définition d’un régime alimentaire protecteur qui obéit à la "règle des 3V", affirment les chercheurs français auteurs de cet article :
- V comme végétaux à privilégier (85 % des calories quotidiennes) ;

Source : The Conversation, par Anthony Fardet, Edmond Rock
 

Les aliments ultra-transformés augmentent le risque de mortalité et de maladies cardiovasculaires

12 % en plus de risques de maladies cardiovasculaires sont associés à 10 % en plus d'aliments ultra-transformés dans le menu. Le chiffre est de 13 % pour les maladies coronariennes et 11 % pour les maladies cérébro-vasculaires. Des chercheurs français et brésiliens ont étudié les habitudes alimentaires de plus de 100 000 personnes entre 2009 et 2018 (cohorte NutriNet-Santé).

Source : Futura Sciences
 

Conserver les aliments dans l’huile, mode d’emploi

Elle entoure les aliments d'un film protecteur empêchant ainsi les moisissures de se développer. Elle évite leur contact avec l'air et arrête leur oxydation. Une fois immergés dans l'huile, les aliments se gardent plusieurs années.
L'huile d'olive est recommandée. Il faut compter environ un demi litre par kilo d'aliment avec une cuillère à soupe de sel et d'épices ou d'herbe.

Source : La Nutrition, par Priscille Tremblais
 

Les jus 100 % purs fruits seraient aussi nocifs pour la santé que les sodas selon une étude

9 à 42 % de risques supplémentaires de mort anticipée en cas de consommation excessive de jus de fruits, selon une étude états-unienne publiée le 17 mai dernier. Ces risques ressemblent à ceux qui résultent d'une consommation trop importante de jus concentrés, de sodas ou de boissons énergisantes. En cause : l'importante quantité de sucres dans toutes ces boissons.

Source : 20 Minutes
 

Les vignerons aux avant-postes du dérèglement climatique

Depuis 1989, sous l'effet de la chaleur, tous les stades de développement de la vigne sont plus précoces et les dates des vendanges n'ont cessé d'avancer. D'ici à 2060-90, les journées très chaudes vont se multiplier par rapport à la période 1980-2010 : 15 contre 1 en Alsace, 16 contre 3 à Bordeaux, 28 contre 5 à Avignon.

Source : Les Échos, par Marie-Josée Cougard
 

Stress : réduire l'anxiété en agissant sur le microbiote

L'intervention sur le microbiote intestinal par un changement alimentaire ou une utilisation de probiotiques permet de soulager l'anxiété, selon une étude chinoise analysant 21 travaux portant en tout sur environ 1 500 personnes. 11 études vont dans ce sens.

Source : Futura Sciences, par Marie-Céline Ray
 

Le thé bu à plus de 60 °C augmente le risque de cancer de l'œsophage

90 % plus de risques de développer un cancer de l'œsophage, si l'on boit son thé quotidien (à raison de 70 cl) à plus de 60°C… C'est le résultat d'une méta-analyse publiée récemment dans l'International Journal of Cancer. L'étude porte sur plus de 50 000 personnes de 40 à 75 ans, suivies pendant 10 ans.

Source : Santé Magazine, par Véronique Bertrand
 

La carence en vitamine B12 est fréquente : les symptômes sont nombreux

20 % des plus de 60 ans ont un faible taux de vitamine B12 aux États-Unis, selon l'association de consommateurs Consumer Reports. Cette vitamine est nécessaire pour la production des globules rouges, l'élaboration du système nerveux et de l'ADN. 

Source : Psychomédia
 

On a faim moins vite après un repas avec de l'avocat

L’avocat a un pouvoir rassasiant plus élevé et il est plus satisfaisant quelques heures après le repas. C'est le constat d'une nouvelle étude parue dans la revue Nutrients, réalisée auprès de 31 adultes en surpoids ou obèses.

Source : La Nutrition, par Juliette Pouyat
 
Syndiquer le contenu