Jin Shin Jyutsu : l'art du toucher

Très peu connu en France, cet art ancestral japonais surprend par sa simplicité apparente et son efficacité. Il s'agit d'harmoniser l'énergie du corps en touchant du bout des doigts des zones clés, des "verrous énergétiques". J'ai testé pour vous le Jin Shin Jyutsu…

Viesaineetzen.com - Jin Shin Jyutsu : l'art du toucher

"Vous connaissez le Jin Shin Jyutsu ? (C'est mon médecin qui parle.)
- Jamais entendu parler.
- Vous devriez essayer, c'est intéressant."
Je contacte donc de sa part Bénédicte Levassort. Le jour convenu, après un bref questionnaire, je me retrouve allongé tout habillé sur une table de massage.

En savoir plus

Choisir son praticien

Le bouche à oreille est le meilleur moyen. On peut aussi s'adresser à l'association Jin Shin Jyutsu France.

Le praticien doit avoir un diplôme délivré par la maison mère en Arizona. Ce diplôme sanctionne un parcours comportant un minimum de stages de 5 jours avec un délai entre chaque stage. La formation est très précise et structurée.

Après avoir reçu son enseignement directement du maître japonais Jirô Murai, Mary Burmeister (1918-2008), une nippo-américaine, a formé de nombreux élèves à partir des Etats-Unis. Depuis les années 60, elle a structuré la transmission autour de quelques personnes seules au monde habilitées à former les praticiens. Aujourd'hui ces personnes sont au nombre de 22.

Il existe aussi des stages de deux jours ouverts à tous ceux qui veulent approfondir l'aide à soi-même. Il y en a trois différents autour des trois livres écrits par Mary Burmeister.

Bénédicte me prend les pouls, comme un acupuncteur, puis elle pose ses doigts sur des endroits précis. Au bout de quelques minutes je commence à me relaxer. Je sens dans la jambe gauche des tensions qui se dissolvent. Je me relâche à tel point que le sommeil me gagne et je passe les deux tiers de la séance endormi ! En terme de détente en tout cas le résultat est probant. Lorsque je sors de chez Bénédicte, j'ai l'impression d'avoir pris 15 jours de vacances !…

26

verrous
de sauvegarde
de l'énergie


Bénédicte Levassort

6

profondeurs
associent
fonctions, organes, attitudes et doigts






Shiatsu : pression des doigts

Arrivée en France grâce aux arts martiaux japonais, cette technique de bien-être compte de plus en plus d'adeptes. Il faut dire que les témoignages des "receveurs" sont sans réserve…

Viesaineetzen.com - Shiatsu : pression des doigts

"Après une heure de shiatsu je suis détendue comme si j'avais passé une semaine en thalasso ! Et mes douleurs dans le dos s'évanouissent", témoigne Dominique, la quarantaine.
À 62 ans, Hélène a des douleurs intestinales chroniques : "après une séance mes intestins me laissent tranquille pendant environ une semaine ; la dernière fois, j'avais une migraine qui a disparu."

Les témoignages convergent : après une séance on ressent un mieux-être, un apaisement avec parfois des douleurs qui disparaissent…
Mais il faut être clair : le shiatsu n'est ni une médecine ni un massage.

En savoir plus

Différentes lignées

Le shiatsu est entré en France principalement par les arts martiaux. Les maîtres de judo intervenaient rapidement auprès de leurs élèves sur des blessures, des traumatismes ou simplement pour éviter les courbatures. Les pratiquants français ont alors demandé de suivre cet enseignement. Des maîtres de shiatsu sont donc venus en France, introduisant les différents styles : Namikoshi, Masunaga, ses disciples et d'autres encore…

Pour Françoise Bintz, le choix de la lignée est une question d'affinité : "certaines sont plus martiales, toniques, travaillent plus avec des percussions, d'autres sont plus douces voire carrément très douces…" Elle, pratique le shiatsu Yin.

Pression des doigts
Françoise Bintz, praticienne et enseignante, membre du conseil d'administration de la FFST (Fédération Française de Shiatsu Traditionnel), explique simplement : "d'abord on pose les doigts et ensuite on exerce une pression".
C'est le sens du mot en japonais : "shi", doigt et "atsu", pression.

À voir en vidéo




Probiotiques : des bactéries au service de notre santé

Ballonnements, digestion difficile, fragilité du système immunitaire… La solution résiderait dans les probiotiques. Ces bactéries, contenues dans certains aliments et dans des compléments alimentaires, sont bénéfiques pour l’organisme.

Viesaineetzen.com - Probiotiques : des bactéries au service de notre santé

Stress, prise de médicaments, alimentation déséquilibrée… Notre flore intestinale peut être altérée par différents facteurs. Or le microbiote, la population de micro-organismes qui compose cette flore, conditionne la bonne assimilation des aliments, participe à la fabrication de vitamines et facilite la digestion des protéines. Il joue un rôle essentiel dans notre bien-être et notre santé.
Les probiotiques permettent de lui rendre son équilibre.

En savoir plus

À chaque symptôme sa solution

Comment choisir le produit le plus adapté à nos besoins ?

- Pour une personne qui mange beaucoup de viande et peu de végétaux : prendre une association de probiotiques et de prébiotiques.
- Pour une personne qui mange essentiellement des fibres et qui ballonne : choisir des probiotiques sans prébiotiques.
- Pour une personne qui digère très mal et mâche insuffisamment : opter pour une formule associant probiotiques et enzymes.

Vous avez dit probiotique ?
L’Organisation Mondiale de la Santé définit le probiotique comme étant "un micro-organisme vivant qui, ingéré en quantités suffisantes, apporte un bénéfice pour la santé de l’hôte".
En clair, les probiotiques sont de gentilles bactéries.

10 à 20 %

de la population
seraient touchés
par des troubles fonctionnels intestinaux


100 000 milliards

de bactéries
vivent dans le tube digestif


1 milliard

de probiotiques au moins
doivent être ingérés tous les jours
pour un effet bénéfique sur la santé






Le remboursement des médecines alternatives et complémentaires

Se soigner avec les médecines alternatives et complémentaires, ça coûte cher et la Sécurité Sociale n'indemnise que les consultations de médecins ainsi qu'un peu d'homéopathie. Depuis quelques années la plupart des mutuelles proposent des garanties qui en couvrent (partiellement) les frais. Comment ça marche ?

Vie saine et zen - Le remboursement des médecines alternatives et complémentaire

Les mutuelles qui prennent en charge certains frais des médecines alternatives et complémentaires sont très nombreuses. Alternative Santé en a recensé environ 70 !
Nous avons étudié l'offre d'une dizaine d'entre elles (April Assurances, ASAF, BNP Cardif, CCMO Mutuelle, Mutuelle Générale, Prévoir, Swiss Life, UMC, Wiziou).

En savoir plus

Les critères de choix

On peut choisir un contrat :
- d'entrée de gamme pour couvrir les dépenses essentielles,
- de milieu de gamme pour rembourser tout ou partie des dépassements d'honoraires,
- ou de haut de gamme pour offrir en plus des dépassements d'honoraires une couverture correcte des frais dentaires, d'optique, de prothèse auditive ou d'hospitalisation.

Puis en fonction de ce choix il faut choisir sa formule en fonction de ses critères personnels : l'âge, l'état de santé, la profession, le lieu d'habitation, la situation familiale, les habitudes médicales… Les packs sont souvent calqués sur des profils du genre jeunes, famille ou seniors.

Il existe des sites internet comparatifs qui proposent des conseils et des devis immédiats. Il faut savoir que ce ne sont pas forcément des sites indépendants, mais des sites de vente pour un groupe de plusieurs mutuelles. Comme il est impératif d'y rentrer ses coordonnées pour obtenir un devis personnalisé, il est difficile d'échapper par la suite à une démarche commerciale agressive de conquête du client.

Les disciplines prises en compte sont l'ostéopathie et la chiropratique, s'y ajoutent la plupart du temps le diététicien et le podologue, et dans certains cas l'acupuncture, l'étiopathie, la naturopathie, la phytothérapie, l'aromathérapie, la psychothérapie, l'hydrothérapie…




Compléments alimentaires : mode d'emploi

Une baisse de tonus, des examens qui approchent, quelques kilos en trop… Les prétextes sont nombreux pour se ruer chez son pharmacien, dans la grande surface la plus proche ou sur son site préféré de vente en ligne pour se procurer ces fameuses "pilules enrichies en Ginseng" ou cette boisson drainante "aux effets visibles dès quinze jours".
Mais comment choisir ses compléments alimentaires, est-ce que c'est efficace, y'a-t-il des risques, faut-il consulter un médecin… ?

Vie saine et zen - Compléments alimentaires : mode d'emploi

La France ne truste pas le haut du classement européen pour la consommation de compléments alimentaires. En moyenne, un Français dépense une quinzaine d’euros par an, quand son homologue norvégien en dépense six fois plus.

En savoir plus

Rester vigilant

En phase de test en 2010, le dispositif de "nutrivigilance" est désormais opérationnel. Il permet de recenser les effets indésirables consécutifs à la consommation de compléments alimentaires mais aussi de nouveaux aliments et boissons enrichis ou pour populations particulières (sportifs, personnes âgées …).
Des nausées récurrentes, une intoxication ? Une simple communication de votre professionnel de santé le plus proche à l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire) permettra de signaler le produit responsable pour une analyse complète, amenant à des recommandations qui peuvent aller jusqu’à une interdiction à la vente.
Exemple : après une dizaine de plaintes, l’Anses a émis un avertissement concernant des compléments à base d’extraits alcooliques d’Igname, constatant des effets nocifs sur le foie.

En 2009, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) estimait que 12,5 % des compléments alimentaires sur le marché comportaient des anomalies (publicité mensongère, problèmes d’étiquetage).

Chaque année, un adulte sur cinq y a recours, principalement dans le domaine de la minceur et de la forme.

1,1 milliard €

de chiffre d'affaire
en France en 2009


66 %

des consommateurs
sont des consommatrices


1 sur 2

achats est motivé
par le conseil d'un professionnel






Une médecine dentaire alternative

Sourire parfait, dents blanches, haleine fraîche… En matière esthétique, la dentisterie d'aujourd'hui fait des miracles. Mais à quel prix ? Il n'est pas dit qu'elle nous mette en bouche des produits d'une totale innocuité. Quant à la prévention, un bon brossage de dents et on serait tranquille ?
Un certain nombre de professionnels ont une approche différente…

Vie saine et zen - Une médecine dentaire alternative

Les dents participent à l'équilibre et à l'harmonie du visage. Mais elles n'ont pas qu'un rôle esthétique. La bouche a sa part dans l'équilibre structurel du corps tout entier, elle a également un rôle fondamental dans l'ingestion des aliments ainsi qu'une fonction émotionnelle : c'est elle qui exprime, sourit, embrasse…

En savoir plus

Mâcher des deux côtés

"Quand on passe à table, ce n'est pas pour se battre, c'est un moment de plaisir. Il faut beaucoup mâcher, alternativement à gauche et à droite, et n'avaler que lorsque c'est liquide", affirme Alain Pozzo.

Le résultat c'est qu'on mange moins en volume parce qu'on laisse le temps à la sensation de satiété d'arriver au cerveau. Et on digère mieux, ce qui joue sur le bon état général de l'organisme et limite les phases inflammatoires.

"Les pathologies commencent très souvent du côté où les gens ne mâchent pas."

"Le praticien doit essayer de voir comment s'intègre la bouche dans l'équilibre général du patient, quelles sont les épines irritatives qui perturbent en local et en global, quelle thérapie avec éventuellement quel matériau va être adaptée à chaque patient, et quel est l'acte qui va lui apporter le plus grand bénéfice et le moins d'effet négatif. On devrait toujours être dans cette individualisation". Voilà comment Alain Pozzo, chirurgien dentiste, voit son métier.

80 %

des Français déclarent
se laver les dents
au moins 2 fois par jour


1 minute

environ, le brossage moyen
des Français
(3 fois moins que nécessaire)


25 %

des Français
ne consultent le dentiste
que tous les 2 ou 3 ans



À voir en vidéo




Renforcer son système immunitaire avec les MAC

À l'approche de l'hiver il n'est pas inutile de penser à renforcer son système immunitaire et les médecines alternatives et complémentaires (MAC) y ont pleinement leur rôle à jouer. D'autant qu'en la matière, des découvertes récentes sont en train de faire évoluer d'anciennes certitudes…

Vie saine et zen - Renforcer son système immunitaire avec les MAC

Il nous permet de lutter contre tous les virus, les bactéries et les parasites auxquels notre organisme est soumis en permanence. Autant dire qu'un état satisfaisant de notre système immunitaire est essentiel pour rester en bonne santé.

En savoir plus

Le dosage des cytokines

En labo, le dosage des cytokines, ces substances qui transmettent des messages entre les cellules, permet de déceler sans erreur possible l'inflammation à sa source et de diagnostiquer tout dysfonctionnement du système immunitaire.
En cas de cancer, il mesure finement et sûrement le degré d'agressivité des tumeurs, ce qui est intéressant dans la surveillance de la maladie, notamment pour confirmer la rémission.




Renforcer son système immunitaire avec les MAC (suite)

La vitamine D
Elle est connue notamment pour stimuler l'absorption par l'intestin du calcium et du phosphate et réguler le métabolisme osseux. Son déficit est associé au rachitisme, à l'ostéoporose, à un risque accru de fracture.
Des études récentes montrent que son déficit est également associé à un risque accru de maladie cardiovasculaire, de cancer, de maladie auto-immune comme la sclérose en plaques, le diabète de type 1, la maladie de Crohn, le lupus…

On la trouve dans certains aliments d'origine végétale (D2) ou animale (D3) mais sa source principale réside dans la synthèse que l'organisme effectue lorsqu'il est exposé aux rayonnements UVB. Compte tenu de notre exposition limitée au soleil sous nos latitudes, nous sommes nombreux à souffrir d'un déficit. Il est donc aujourd'hui conseillé de se supplémenter en vitamine D.




n/a

Homéopathie : certains faits sont têtus

Elle a ses détracteurs. Pourtant c'est une médecine reconnue, remboursée en partie par la Sécurité Sociale, pratiquée en ville et dans de nombreux hôpitaux et dont les médicaments sont distribués en pharmacie. Des faits, des témoignages.

Vie saine et zen Homéopathie certains faits sont têtus

L'homéopathie continue de provoquer de vifs débats au sein de la communauté scientifique. Ses détracteurs contestent ses fondements considérant que dans les préparations homéopathiques, compte tenu de la dilution, aucune molécule ne subsiste et donc aucun principe actif. Ils attribuent leurs résultats thérapeutiques à l'effet placebo (guérison par mécanisme psychologique). Il faut reconnaître qu'à ce jour, aucune étude scientifique n'apporte une autre explication.
Pourtant l'homéopathie est une forme de médecine qui existe depuis près de deux cents ans et qui ne cesse de se développer au cours des années.

En savoir plus

La France en tête du marché mondial

Sur un marché mondial de 1,5 milliard d'euros*, la France arrive à la première place avec plus de 300 millions d’euros, suivie de l’Allemagne (200 millions d’euros). * prix fabricant Source : Boiron

Une exception française ?
Nous sommes de plus en plus nombreux à être séduits par cette médecine et ce n'est pas une exception française : l'homéopathie a été intégrée avec succès au système de santé en Allemagne, en Grande Bretagne, en Belgique, ainsi qu'en Inde, au Pakistan, au Sri Lanka et au Mexique. En Amérique du Sud et en Europe de l’Est elle connaît également un essor important.

40 %

des Français ont recours à l'homéopathie chaque année


Ils étaient seulement 15% en 1982.
3 sur 4

Français environ se soigneraient par homéopathie si leur médecin en prescrivait.


4526

médecins homéopathes exercent en France.




                
Syndiquer le contenu