Couple : la divergence des désirs

Difficile à accepter, la divergence des désirs peut amener à des entorses plus ou moins graves au consentement mutuel en matière de sexualité. Cela est mortifère à terme pour le couple. Heureusement il y a des solutions dont les meilleures sont basées sur le respect et le dialogue !

Viesaineetzen.com - Couple : la divergence des désirs

Que faire, dans un couple, quand l'un a envie de faire l'amour et l'autre pas ? La divergence des désirs est devenue d'autant plus difficile à accepter aujourd'hui qu'elle vient contredire l'idée d'égalité entre hommes et femmes et l'aspiration au bien-être individuel.
Pourtant c'est un fait réel qui, s’il n’est pas pris en compte, peut générer angoisses, mensonges et crises. Jean-Claude Kaufmann, sociologue, a mené l'enquête depuis 2017, après l’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo. Il s'est rendu compte que la question du consentement dans le couple hétérosexuel est encore largement tabou*.

En savoir plus

La "libération" des années 1970 : nouvelle injonction collective

Les années 1970 ont été marquées par la revendication des femmes pour l’appropriation de leur corps et l’affirmation de leur autonomie.

Les différentes étapes en ont été rapides :
- séparation de la sexualité et de la fécondité (pilule contraceptive) ;
- libération des mœurs et accès à une dimension érotique des couples ;
- revendication du plaisir féminin et de l'orgasme.

"En 1974, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a officiellement proclamé l’importance de la sexualité comme source de bien-être, et même de bonne santé. Un avis paré des meilleures intentions, mais qui ne pouvait que se transformer en injonction collective et en nouvelle norme sociale. Le plaisir partagé devenait en quelque sorte obligatoire, sous peine de payer le prix dont doivent s’acquitter tous ceux qui s’éloignent d’une morale dominante et du confort mental qu’elle procure (doute, incompréhension, culpabilité, angoisse). (…) Le principe émancipateur trouve ses limites quand, par un retournement insidieux, il se convertit en norme hégémonique produisant à son tour un système de contraintes, des injonctions, des souffrances."*

(Voir : Le diktat de l'orgasme et Hommes-femmes à l'aube du 21e siècle)

Ligne rouge
Il existe dans l'espace conjugal des situations au-delà de la ligne rouge qui relèvent de la justice lorsque la violence voire le viol est caractérisé. Elles sont minoritaires mais elles ont cette particularité, cette complexité qui vient du fait que le cadre est celui de la relation amoureuse.




Les pensées négatives seraient-elles un facteur de risque de maladie d'Alzheimer ?

Il existerait une association entre les pensées négatives répétitives et des marqueurs clés de la maladie d'Alzheimer (déclin cognitif et développement de plaques amyloïdes ou de protéines Tau).

Source : Futura Sciences, par Julien Hernandez
 

Coronavirus : la France à l’heure du retour à une vie "presque normale"

Les bars, cafés et restaurants des zones vertes sont enfin autorisés à rouvrir, depuis le 2 juin dernier. Les règles sanitaires sont strictes : 10 personnes maximum par table, 1 m au moins entre chaque groupe, consommation debout interdite dans les bars. Environ 17 % des restaurateurs ont affirmé ne pas être en mesure de rouvrir et certains établissements vont attendre septembre.

Source : Le Monde
 

Covid-19 : la santé mentale mise à mal

Un risque d'augmentation du nombre de suicides de 25 à 30 %, en moyenne, chez les jeunes d'ici quelques années… C'est l'estimation réalisée par l'Association médicale australienne, suite aux retombées de la crise sanitaire actuelle qui a touché près de 3 milliards de personnes dans le monde.

Source : Le Point, par Aranud Carre, Amandine Luquiens, Morgan Metral et Yannick Morvan
 

Écolo mais pas dépressif !

La prise de conscience écologique peut conduire à différents troubles psychologiques. Heureusement, il existe de nombreux outils pour être écolo sans sombrer dans la dépression…

Viesaineetzen.com - Écolo mais pas dépressif !

"Entrer" en écologie n'est pas un parcours de tout repos ! Se mettre en face des maux du monde n'est pas exempt de répercussions parfois compliquées à vivre sur le plan psychologique.
"J’en ai pleuré, des espèces disparues, des paysages amochés, des pollutions chimiques, des petits accidents nucléaires et même des humains pris dans l’œil de dizaines de cyclones", témoigne Laure Noualhat, journaliste à Libération pendant 15 ans. "J’en ai parcouru, des sites dévastés, de Fukushima à Hiroshima en passant par des rivages ravagés, des banquises fondues, des forêts primaires écartelées."*

En savoir plus

Éco-anxiété, solastalgie, psycoterratie, écoagnosie

Les psys ont inventé plusieurs mots pour rendre compte du phénomène :
- l'éco-anxiété est la forte appréhension des dangers qui pèsent sur la planète (changements climatiques et dégradations environnementales) ;
- la solastalgie est le malaise déclenché par une expérience directe de destruction de l’environnement ;
- la psycoterratie exprime la tristesse d’être déconnecté et éloigné de la nature ;
- l'écoagnosie est l'indifférence à l'écologie due à une amnésie environnementale.

L’éco-anxiété n’est pas encore répertoriée officiellement mais ses symptômes sont bien connus des psys : insomnie, dépression accompagnés d'un sentiment de colère, de tristesse, d'impuissance, parfois de honte...
"Cette angoisse face à la dégradation de l’environnement est décuplée par l’indifférence, la schizophrénie, le manque de décisions politiques à la hauteur de l’enjeu"*, regrette Laure Noualhat.




5 conseils pour être un télétravailleur heureux

Le télétravail nécessite de s'adapter et de prendre de nouvelles habitudes…
- Faire le point sur sa capacité à travailler autrement : capacité à l’autonomie, autodiscipline et sens de l’organisation. Le télétravail doit être volontaire, jamais imposé.

Source : We Demain, par Jennifer Murzeau
 

Crise du Covid-19 : vivre avec l'incertitude

Lâcher la volonté de contrôle, accepter de ne pas savoir tout sur tout, accueillir ses émotions en travaillant sur la peur… Quelques clés pour s'adapter face à l'incertitude inhérente à cette crise.

Viesaineetzen.com - Crise du Covid-19 : vivre avec l'incertitude

Dans notre univers où tout est balisé, anticipé, voilà qu'un minuscule organisme est venu flanquer la pagaille et provoquer, de la part des scientifiques et des autorités, une cacophonie inédite sur de multiples questions : la contagiosité du coronavirus, la gravité de la maladie, l'immunité des personnes guéries, l'utilité des tests et des masques, l'efficacité de tel ou tel traitement… Il faut se rendre à l'évidence, nous nous sommes trouvés en face d'un phénomène nouveau et inconnu.

Isabelle Pailleau*, psychologue clinicienne du travail et des apprentissages, spécialiste en psychologie positive, constate que beaucoup de gens ont été totalement déroutés.
"Ils sont passés par toutes les étapes du deuil : la sidération, le déni, la colère, la tristesse, l'acceptation… C'est ce qui montre que, face à l'inattendu, nous avons été dans une vraie perte de repères." 

En savoir plus

Méditation, yoga ou EFT

Face au sentiment de peur, Isabelle Pailleau conseille de se poser, de respirer.
"Décider par exemple d'arrêter les infos en continu et n'écouter le JT qu'une fois par jour. Arriver à se reconnecter au présent. On va mieux quand on fait de la méditation ou du yoga, qu'on est davantage dans l'ici et maintenant. L'EFT marche très bien également (voir : EFT, techniques de libération émotionnelle). Par exemple, il y a un point d'acupression qui est intéressant, un point de secours ou d'urgence : avec le pouce appuyer entre le pouce et l'index de l'autre main et respirer en même temps. L'EFT est une excellente technique pour faire descendre l'anxiété, le stress, les peurs et pour mieux vivre la situation." 
(Voir : Covid-19, comment réagir face à sa peur)

Impossibilité de planifier
Incertitude sur la dangerosité de la maladie, le risque de l'attraper, la liberté de planifier ses allées et venues, de fêter l'anniversaire de ses proches, de programmer ses vacances d'été, de sortir au cinéma ou de faire un stage de yoga…




Seniors, personnes handicapées... Quand le télétravail devient un facteur d'inclusion

Les transports représentent une contrainte rédhibitoire pour de nombreuses personnes : séniors, personnes handicapées à mobilité réduite, personnes souffrant de pathologies non visibles (allergies, asthme) ou de maladies chroniques… Exemple : chez Hewlett Packard, le télétravail a été institué depuis près de 20 ans avec priorité donnée aux personnes handicapé

Source : We Demain, par Jennifer Murzeau
 

Coronavirus : cuisine, courses, télévision… 8 effets du confinement sur le comportement des Français

Apprentis cuisiniers, joueurs de poker en herbe ou amateurs de bières… Les Français ont adapté leur mode de vie, depuis le 17 mars, sous les effets du confinement.

Source : Les Echos, par Yann Duvert
 

Soignants : leur santé mentale à rude épreuve

Manque de matériel, accumulation de victimes, débordement du système de santé, prise de conscience que les données venant de Chine étaient largement sous-estimées… Résultat, chez les soignants, les niveaux d'épuisement professionnel, de détresse psychologique, de stress post-traumatique sont anormalement élevés.

Source : Futura Sciences, par Julien Hernandez
 
Syndiquer le contenu