Publicité

Labos-professions de santé : 236 millions d’euros de cadeaux !

Entre janvier 2012 et juin 2014, le montant des cadeaux versés aux médecins par l'industrie pharmaceutique (déjeuners ou billets d'avion pour un congrès) s'est monté à plus de 236 millions €.

Source : Marianne, par Clotilde Cadu
 

Révélations sur la première liste des meilleurs médicaments

Entre 150 et 200 médicaments suffiraient pour traiter 95 % des maladies, selon un groupe de médecins internistes et généralistes. Ces experts proposent de mettre en place une liste officielle de médicaments "à utiliser préférentiellement par les professionnels de santé".

Source : Science et vie
 

Le chômage nuit gravement à la santé

Entre 10 000 et 20 000 personnes décèderaient en France chaque année à cause du chômage, selon une estimation de l'Inserm (Institut français pour la santé et la recherche médicale) réalisée entre 1995 et 2007 sur 6 000 personnes de 35 à 64 ans. La mortalité des chômeurs serait trois fois supérieure à celle des non-chômeurs.

Source : Le Parisien
 

Médecins : leurs liaisons dangereuses bientôt mises à nu

Le Conseil d'État vient de rendre obligatoire la publication des rémunérations des médecins en tant que consultant ou orateur pour le compte d'un labo. En 2013, le décret d'application de la loi Bertrand les avait "oubliées", ne rendant obligatoire que la publication des menus avantages : cahiers, sacoches, repas, billets d’avion...

Source : Marianne, par Clotilde Cadu
 

10 plantes efficaces contre le stress

Contre le stress, des plantes à boire en infusion : fleurs de camomille, cônes de houblon, fruits et écorce d'aubépine, racine de rhodiola, racine de valériane, fleurs de passiflore, racine de ginseng.

Source : Néo Planète, par Adèle Brunie
 

L'arnica : un grand médicament

Ses vertus anti-inflammatoires, antalgiques et veinotoniques sont reconnues par les scientifiques. Nous utilisons couramment ses granules homéopathiques contre les coups, les bleus et les bosses. L'arnica nous accompagne à tous les âges et dans de nombreuses circonstances…

Viesaineetzen.com - L'arnica : un grand médicament

Originaire d'Europe, ses propriétés médicinales sont connues depuis l'Antiquité. Au 12e siècle, l'arnica entre dans la pharmacopée traditionnelle grâce à l'abbesse Hildegarde de Bingen.

Publicité

En savoir plus

Atchoum !

Le nom est probablement dérivé du grec "pternike" : "qui fait éternuer".
On l'appelle aussi "herbe aux chutes", "herbe à éternuer", "tabac des Vosges" ou "des Savoyards", "herbe aux prêcheurs".

Cousine de la camomille
Elle est cousine de la camomille, du souci, du pissenlit, du tournesol, de la laitue, de la chicorée, de l'artichaut, du salsifis, du topinambour… Tous de la famille des Astéracées.

Il existe environ 30 espèces, dont les plus utilisées sont, en Europe, arnica montana et arnica chamissonis.




Les perturbateurs endocriniens coûtent plus de 150 milliards d’euros par an à l’Europe

Entre 157 et 270 milliards €, soit 1,23 % à 2 % du PIB, c'est le coût annuel en Europe des maladies et troubles chroniques attribuable aux perturbateurs endocriniens (obésité, diabète, troubles de la fertilité et neuro-comportementaux).

Source : Le Monde, par Stéphane Foucart
 

Arrêter de fumer grâce aux réseaux sociaux ?

Un taux de réussite de 75 % pour ce programme californien de sevrage tabagique par l'intermédiaire de Twitter. 20 participants s'inscrivent au groupe Tweet2Quit. Chacun reçoit une boîte de patchs à la nicotine et doit envoyer un tweet par jour à son groupe. Des messages de coaches spécialisés sont postés automatiquement deux fois par jour pour encourager les participants à échanger.

Source : Le Parisien
 

L'OMS dit stop aux sucres cachés

Objectif : réduire à 10 % voire si possible à 5 % les sucres libres ou cachés dans notre ration alimentaire quotidienne… C'est la dernière recommandation de l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé).

Source : L'Express
 

Mangez des noix, vous pourriez vivre plus longtemps

Un risque de mortalité diminué de 26 % pour les gros consommateurs de noix (au moins 5 portions par semaine) par rapport à ceux qui en consomment rarement ou jamais. C'est le résultat d'une étude états-unienne réalisée pendant 10 ans sur plus de 20 000 hommes âgés de 67 ans en moyenne.

Source : La Nutrition, par Juliette Pouyat
 
Syndiquer le contenu