Édito de Franck Arguillère

Franck ArguillèreNous sommes nombreux à avoir plein de bonnes et de mauvaises raisons d'habiter en ville. Alors que nous nous déclarons amoureux de la nature, bien sûr. Du reste, nous nous extasions, dès que nous passons un week-end à la campagne, sur la pureté de l'air et la beauté des paysages. Et nous rentrons vite pour retrouver la dose de CO2 qui nous est injectée plus de 300 jours par an.
Il ne serait donc pas illogique de nous préoccuper de notre cadre de vie quotidien et de voir dans quelle mesure il correspond à nos valeurs. À quoi ressemble donc une ville idéale ? Terra Eco a fait un sondage sur cette question et a dressé, avec des données statistiques, un palmarès des villes durables.

Voici donc pour la majorité des Français, selon le sondage, le profil de la perfection urbaine : on respire un air pur, il y a plein d'espaces verts, tout le monde a un travail, pas trop d'inégalités au niveau des ressources et le lien social est fort.
Le résultat du palmarès, établi avec des éléments chiffrés objectifs, est surprenant. On aurait pu attendre en tête Bordeaux, Nantes ou Montpellier qui ont bonne presse auprès de l'opinion. En réalité c'est Rennes qui arrive en premier avec un faible taux de chômage et une vie associative dynamique, puis Grenoble, plutôt égalitaire, et Besançon pour ses jardins et la qualité de son air. Bordeaux et Nantes (respectivement 7e et 8e) arrivent tout de même dans le top 10. Paris (13e) et Montpellier (19e) ne sont pas bien placés. Quant à Marseille et Le Havre, ce sont les lanternes rouges du classement.

Il y a de multiples paramètres qui peuvent permettre d'expliquer ces disparités, dont l'histoire et la sociologie. Mais la gestion des équipes municipales y a une part qui est loin d'être négligeable.
À l'approche des élections, il n'est donc pas inutile de regarder attentivement le programme des candidats, de voir dans quelle mesure ils pourraient transformer notre cité en ville idéale, de se faire une opinion et d'aller mettre son bulletin dans l'urne. Il ne faudrait pas que notre mauvaise humeur, parfois justifiée en regard de l'actualité nationale, nous détourne du bureau de vote. C'est la qualité de notre vie quotidienne qui en dépend : ne pas voter peut provoquer un maire grave.

La revue de presse

Impuissance voire complaisance de Google face à la diffusion de vidéos...

Devenir des leaders mondiaux dans l'élevage d'insectes pour l'alimentation animale, c'est l'...

Une journée de méditation intensive suffirait à remanier l'épigé...

Des mitochondries extracellulaires ont été découvertes dans la circulation...

Vaginose, poil incarné, mycose, démangeaisons… Les infections liées au...

Les cycles courts et à basse température préservent les couleurs et é...