Au procès du Mediator, les avocats de Servier rejettent "des accusations injustes"

La défense du laboratoire Servier a tenté de démontrer l’absence de faute pénale pour clore ce procès-fleuve, interrompu pendant deux mois pour cause de Covid-19 et qui s'est achevé le 6 juillet dernier. Le délibéré sera connu le 29 mars 2021. Les 4500 parties civiles qui ont déposé plainte et qui souffrent le plus souvent de problèmes graves au cœur liés à la prise de ce coupe-faim anorexigène, attendent avec impatience. Dans ses réquisitions, le parquet a demandé cinq ans de prison, dont deux avec sursis, contre le principal dirigeant du groupe, à l'époque Jean-Philippe Seta, et plus de 10 millions € d'amendes contre six sociétés du groupe pour "tromperie aggravée", "escroquerie" et "homicides et blessures involontaires". Un système d'experts médicaux soupçonnés de corruption a été mis en lumière au cours des audiences. Selon l'un des avocats, les laboratoires Servier "ne pensent pas être irréprochables dans cette affaire" mais regrettent "d'avoir été attentistes". "Ils sont conscients qu'ils ont été mauvais sur l'appréciation du risque, en se reposant sur l'autorité sanitaire".

Source : Le Parisien, par Marc Payet
 

La revue de presse

Prudence ! Il est techniquement possible de développer et produire un vaccin contre le Covid...

"Des pistes de recherche intéressantes" mais la plante "ne constitue pas pour...

Migraines, baisse de libido, sécheresse vaginale, dépression, risque d’embolie...

La défense du laboratoire Servier a tenté de démontrer l’absence de...

Sortir de l'eau, retirer avec précaution les fragments de tentacules restant sur la peau...

Des fruits pour commencer, puis des œufs et/ou des céréales complètes (...