Biberons en plastique et canettes en alu, faut-il s’en méfier ?

Ces derniers temps, vous avez peut-être entendu parler tout comme moi, du bisphénol A que l’on trouverait dans les biberons. Le sujet est actuellement très à la mode, surtout depuis que le gouvernement canadien l’a classé mi-avril, au rang de substance dangereuse.
Ah, vous n’êtes pas les parents de charmants bambins ? Et bien, ne croyez pas être à l’abri pour autant ! Cette substance chimique se trouve aussi dans les canettes en aluminium. Alors il serait peut-être temps de s'en préoccuper.

Vie saine et zen - Biberons en plastique et canettes en alu, faut-il s’en méfier

Petit rappel : le Bisphénol A c’est quoi ?
Pour les plus scientifiques d’entre vous, voici la définition donnée par Wikipédia : "le Bisphénol A, appelé aussi BPA, est un composé chimique issu de la réaction entre deux équivalents de phénol et un équivalent d'acétone. La molécule contient deux groupements fonctionnels phénols, et fait partie des composés organiques aromatiques."

Pour ceux qui comme moi aiment les explications plus pratiques, dites-vous que c’est un produit chimique utilisé depuis plusieurs années en association avec d’autres produits chimiques pour la fabrication de plastique et de résine.

Où trouve-t-on du bisphénol A ?
Le BPA est notamment utilisé dans le polycarbonate, un type de plastique rigide et transparent qu'on trouve donc dans de très nombreux récipients alimentaires tels que les biberons, les récipients de conservation, la vaisselle, etc…
Mais aussi dans les lunettes de soleil, les CD.
Des résidus de BPA sont également présents dans les résines époxy utilisées pour former une couche de protection intérieure dans les canettes, les boîtes de conserve et les cuves contenant des boissons et des aliments.
Le BPA serait également présent dans certains réseaux d’adduction d’eau potable, notamment dans les canalisations et dans les prothèses dentaires.

Autorisé ou pas ?
Comme dans d'autres pays (Etats-Unis, Japon), le BPA est autorisé dans l'Union européenne pour son utilisation dans les matériaux en contact avec les aliments.
L'AESA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a procédé à plusieurs évaluations du bisphénol A en tant que substance destinée à être utilisée dans des matériaux en contact avec les aliments. Dans son dernier avis de janvier 2007, elle a notamment réévalué les effets sur la reproduction et sur le système endocrinien (hormonal) et a établi une Dose Journalière Tolérable de 0,05 milligramme par kilo de poids corporel pour cette substance.

Le 14 avril 2008, l'US-NTP (National Toxicology Program des Etats-Unis) a rendu public son projet de rapport sur bisphénol A, dans lequel il conclut que cette substance pourrait avoir des effets sur le développement des fœtus et des nourrissons. Bien que les données soient limitées, les effets observés chez l'animal de laboratoire surviendraient à des niveaux d'exposition proches de ceux rencontrés chez l'homme.

Le 18 avril 2008, le gouvernement canadien a lancé une consultation publique pour déterminer si des mesures doivent être prises pour protéger la santé des consommateurs et l'environnement, à savoir interdire l'importation, la vente et la publicité des biberons de polycarbonate qui contiennent du bisphénol A. En attendant, Santé Canada, l’office public de santé a classé le BPA au rang de substance dangereuse.


                

La revue de presse

Une dizaine de villes de plus de 30 000 habitants passent au vert à l'occasion du second...

Un 1er référendum "d’ici à 2021" sur l’introduction dans...

Désormais les semences non-inscrites au catalogue officiel peuvent être vendues l...

Une baisse modeste : de 0,1 an pour les femmes, de 0,2 an pour les hommes… L'espé...

Le dérèglement du rythme veille/sommeil augmente la dissémination des cellules...

Une rémission du diabète pour 61 % des personnes ayant suivi un régime...