Cancer : quand le travail se révèle toxique...

La responsabilité du travail dans l'apparition de cancers est largement sous-estimée, alors qu'elle est souvent évoquée dans les troubles musculo-squelettiques ou les burn-out. Pourtant 12 % des salariés étaient exposés en 2017 à des substances cancérogènes massives dans l'espace professionnel, selon Santé publique France. Pour les hommes : gaz d'échappement diesel, huiles minérales entières, poussières de bois, silice cristalline. Pour les femmes : travail de nuit, rayonnements ionisants, formaldéhyde, médicaments cytostatiques utilisés pour les chimiothérapies.
La sous-estimation des cancers professionnels est due à une forme d'acceptation sociale des maux du travail. La maladie est multifactorielle et les médecins sont peu formés dans ce domaine. La crainte de déstabiliser l'équilibre économique d'une entreprise entre également en jeu.

Source : Le Point, par Julie Primerano, Anne Marchand
 

La revue de presse

232 substances actives de pesticides ou de métabolites perturbateurs endocriniens suspect...

13 % des cas d'asthme infantile diagnostiqués dans le monde seraient dûs à la...

250 000 morts supplémentaires chaque année entre 2030 et 2050, seraient dus au r...

"Le plastique est une crise sanitaire globale ignorée bien que sous nos yeux". C'...

Des allergènes en pagaille, des molécules irritantes, des désinfectants...

Le liquide céphalo-rachidien joue un rôle de nettoyeur du cerveau. C'est la dé...