Des cosmétiques, oui, mais bons pour ma peau et ma santé ! (suite)

Alors quels sont les produits à éviter à tout prix ?
LW : Holà ! La liste est longue. 10 000 produits sont répertoriés par la nomenclature internationale des ingrédients cosmétiques, et on estime qu'on en retrouve autour de 6 000 dans nos produits d'hygiène et de beauté quotidiens. Et parmi eux, 1 000 environ peuvent faire l’objet de réserves pour tout ou partie de la population.

C'est le cas par exemple du formaldéhyde, classé par le Centre de Recherche International sur le Cancer dans le groupe 1 des agents cancérogènes pour l'homme, notamment pour les voies respiratoires. Le formol est très rarement présent dans nos cosmétiques, mais les libérateurs de formaldéhyde, eux, sont fréquemment utilisés, notamment dans les gels douches, shampooings et autres gels lavants. Ils dégagent le formaldéhyde notamment au contact de l'eau. Cette réaction peut donc avoir lieu au cours de la fabrication du produit, dans son contenant, ou encore au moment de son utilisation, sous la douche par exemple. Bien que potentiellement nocifs pour l'homme, les libérateurs de formaldéhyde sont de très bons conservateurs, on les retrouve partout, même dans les gels lavants pour bébés.

En savoir plus

Les substances à éviter :

- Formaldéhyde - Benzylhemiformal - 2-Bromo-2-nitropropane-1,3-diol - Diazolidinyl urea - DMDM hydantoin - Imidazolidinyl urea - Quaternium-15 - Sodium hydroxymethylglycinate.

Les perturbateurs endocriniens sont tout aussi néfastes, en particulier pour les fœtus, les bébés, les jeunes enfants et peut-être aussi les adolescents. L'organisme se montre beaucoup moins réceptifs à leurs effets en dehors de ces périodes dites "sensibles". Les perturbateurs endocriniens seraient responsables, entre autres, de la baisse importante de la fertilité observée dans de nombreux pays actuellement.

Parfums de synthèse ou huiles essentielles ? Pour les uns, les huiles essentielles sont susceptibles d'avoir un fort caractère allergisant et pour les autres, les parfums de synthèse dans la cosmétique conventionnelle sont soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens.
Quel est votre avis ?

LW : Les parfums sont présents dans la grande majorité des produits cosmétiques. Ils peuvent contenir de très nombreux composés et en particulier des phtalates, muscs synthétiques et huiles essentielles.
Les phtalates sont suspectés de provoquer des lésions du foie ou des reins, mais surtout d'agir en perturbateurs endocriniens.
Les muscs synthétiques sont polluants pour l'environnement, sources d'irritations et d'allergies, et susceptibles pour certains d'être cancérogènes et/ou perturbateurs endocriniens.

Les huiles essentielles renferment de multiples substances aux effets parfois puissants du fait de leur extrême concentration. Mal utilisées ou mal dosées, elles peuvent être irritantes, allergisantes, voire même toxiques.

Les différents composants des parfums sont difficiles à identifier et quantifier car ils ne sont pas tous notés sur l'étiquette, mais regroupés sous le seul terme de "parfum". Mon conseil, ce serait d'éviter tous les types de parfum surtout pour les bébés, les enfants et les femmes enceintes. Nous avons mis pendant des années des phtalates et d’autres substances toxiques sur la peau de nos bébés, il est temps de changer ! Avant il était très difficile de trouver des cosmétiques sans allergènes mais désormais, sous la demande pressante des consommateurs de mieux en mieux informés, les industriels font des efforts.

Faut-il aussi éviter les parabens ? À quoi servent-ils et comment les reconnaît-on ?
LW : Ils ne sont que 5 ou 6 à être utilisés par l'industrie. Ce sont tous des conservateurs très efficaces, même s’ils sont tous un peu différents. Les parabens ont une activité endocrinienne et une toxicité qui va de pair avec la longueur de leur chaîne alkyle. Ainsi, les parabens à courte chaîne (Methylparaben et Ethylparaben) sont considérés comme sûrs d'emploi par les autorités sanitaires, alors que les parabens à longue chaîne sont encore en cours d'évaluation. Ils sont suspectés d’agir en perturbateurs endocriniens. Les parabens à longue chaîne sont au nombre de 4 : Propylparaben, Isopropylparaben, Butylparaben, Isobutylparaben.

Par rapport aux dates de péremption, quelle est votre position ?
LW :
La législation est mal faite, elle autorise les fabricants à indiquer soit une date de péremption, soit une date de durée d'utilisation, le fameux pictogramme représentant un pot ouvert avec un nombre de mois. Or, on peut raisonnablement penser qu'un pot ouvert 6 mois après sa sortie de l'usine de fabrication se conservera mieux qu'un pot ouvert 6 ans après sa sortie d'usine. Pour ne pas prendre de risque, le mieux est d'acheter ses produits dans une boutique qui vend beaucoup et d'inscrire sur tous vos cosmétiques la date à laquelle vous les avez ouverts. Un produit périmé peut devenir moins efficace, voire dangereux.

En cosmétique, le bio est il une vraie valeur ajoutée ? Qu'apporte-t-il de plus au produit ?
LW :
Tout dépend ce que vous considérez être une valeur ajoutée. Les produits labellisés "bio" sont plus respectueux de l'environnement que les autres, mais le label "bio" ne garantit pas l’efficacité, la non irritabilité et le côté hypoallergénique du produit. Le label "bio" garantit uniquement le pourcentage d’ingrédients bio (10% minimum) présents dans la formule et un procédé de fabrication respectueux de l’environnement.

Quels sont les labels auxquels on peut se fier ?
LW :
Aucun si on parle de l’efficacité et de la totale innocuité du produit ! La seule référence fiable est la bonne lecture de la liste des ingrédients.
Aujourd’hui, l’espoir vient des consommateurs eux-mêmes car il y a une vraie demande de leur part pour faire évoluer le marché, les fabricants se sont donc mis à la tâche.

 

Bien choisir ses cosmétiques, comment préserver votre peau et votre santé, Laurence Wittner, Éditions Médicis
Le palmarès des cosmétiques, Laurence Wittner, Éditions LeducS,
observatoiredescosmetiques.com


                

La revue de presse

Raconter l'histoire magique du Père Noël, au même titre que celle du Petit...

71 % des Français ont déjà eu recours au moins à une médecine...

Le bain de gongs offre un massage intérieur relaxant, une pause bien-être qui permet...

Problèmes de gouvernance, sérieuses défaillances de gestion, insuffisances...

Ils ne pourront plus être utilisés en France à partir de la fin 2020… 36...

Un "objectif de fin de mise sur le marché des emballages plastique à usage...