Fer

Qu'est-ce que c'est ?

Du latin "ferrum" (fer, objet en fer, épée, chaînes), c'est un métal que l'on trouve dans l'organisme sous forme d'oligo-élément minéral, c'est à dire à l'état de traces : chez un homme 4 g pour 70 kg, chez une femme 2,5 g pour 60 kg.

Dans les aliments, il existe sous deux formes principales :
- le fer héminique, dans les aliments de source animale, qui est facilement métabolisé par l'organisme (taux d'absorption moyen d’environ 25 %),
- le fer non héminique, dans les aliments de source végétale, qui est moins bien absorbé (taux d'absorption moyen d’environ 5 %).

La différence d'absorption est attribuable à la présence d'acide phytique et de tanins dans les végétaux. La vitamine C et le fer héminique améliorent l’absorption du fer non héminique.
Au contraire, certains aliments gênent son absorption (ce qui ne veut pas dire qu'il faut les bannir de notre alimentation) : le thé, le café, les fruits, le vin, la bière (du fait des tanins qu'ils contiennent), les produits laitiers (du fait du calcium qu’ils contiennent), et certaines fibres alimentaires.

Quel rôle pour l'organisme ?
Le fer entre dans la composition de :
- l’hémoglobine des globules rouges qui transportent l'oxygène vers toutes les cellules,
- la myoglobine des muscles qui aide ces derniers à mettre de l’oxygène en réserve,

Il est essentiel à la production de l'adénosine triphosphate (ATP), source première de l'énergie corporelle. Il participe à plusieurs processus physiologiques vitaux, comme la régulation de la croissance des cellules et de leur différenciation.

L'excès de fer pourrait être un facteur favorisant les maladies cardio-vasculaires, le diabète de type 2, et certains cancers (foie, côlon…).

La carence en fer peut se produire à différents degrés et, à un stade avancé, aller jusqu'à l’apparition d’une anémie : une quantité de fer dans le sang insuffisante pour contribuer à la formation des globules rouges.
Les effets en sont : la fatigue, la pâleur du teint, un rythme cardiaque rapide, des palpitations, une respiration rapide à l’effort, une diminution des performances intellectuelles, une moindre résistance aux infections, des perturbations au cours de la gestation, un développement cognitif lent durant l’enfance, une difficulté à maintenir une température corporelle normale et un affaiblissement de la fonction immunitaire.

Selon l'OMS, la carence en fer est le trouble nutritionnel le plus répandu dans le monde, principalement dans les pays en voie de développement. Jusqu’à 80 % de la population mondiale seraient en carence et 30 % souffriraient d’anémie.
Même dans nos pays où les aliments riches en fer sont abondants, les groupes les plus exposés, notamment les femmes enceintes et les enfants, ne sont pas à l'abri d'une carence.

Le fer est anti-anémique et il est essentiel sur le plan neurologique. Il aide à la concentration, la mémoire, la faculté d’apprentissage.

Apports nutritionnels recommandés
- de 0 à 6 mois : 0,27 mg
- de 7 à 12 mois : 11 mg
- de 1 à 3 ans : 7 mg
- de 4 à 8 ans : 8 mg
- de 9 à 13 ans : 10 mg
- de 14 à 18 ans : 13 mg (hommes) / 16 mg (femmes)
- de 19 à 50 ans : 9 mg (hommes) / 16 mg (femmes)
- 51 ans et plus : 9 mg

Cas particuliers : 
- femmes enceintes (3e trimestre) : 30 mg
- femmes allaitantes : 10 mg

Où en trouver ?
On trouve du fer à la fois héminique et non héminique dans :
- la viande et certains produits issus de la viande : foie de volailles, de porc, d'agneau, de bœuf ou de veau, rôti de bœuf, dinde, pigeon, boudin noir, lapin, jaune d'œuf, pâté de campagne…
- le poisson et les fruits de mer : moules, huîtres, palourdes en conserve, sardines en conserve…

On trouve uniquement du fer non héminique dans : 
- les fruits séchés,
- certains légumes verts : épinards, persil…
- les féculents, légumineuses, céréales complètes, oléagineux : tofu, fèves de soja, haricots blancs ou rouge, pois chiche, lentilles, pomme de terre avec sa pelure, graines de citrouille et de courge, germe de blé, muesli, céréales du petit déjeuner…

La revue de presse

Prime à la casse étendue, chèque énergie, crédit d’imp...

Les excès d'émissions d'oxyde d'azote (NOx) seraient responsables en Europe (Norv...

Céréales du petit déjeuner, lentilles, pois chiches… Parmi 30 produits...

Le cocktail de perturbateurs endocriniens serait explosif chez l'homme. C'est le verdict d'une...

Risque accru de sclérose en plaques associé aux faibles niveaux de vitamine D...

Une cure de 4 semaines suffirait pour améliorer de manière significative les troubles...