Homéopathie : certains faits sont têtus (suite)

Les homéopathes : des médecins dans plusieurs spécialités
Le Pr Gouteyron insiste sur le fait qu'en France tous les praticiens de l'homéopathie sont au départ des médecins formés en médecine classique et diplômés. Ils sont donc capables d'établir un diagnostic et, selon les besoins, d'aiguiller leurs patients vers un spécialiste, de prescrire un traitement mixte d'allopathie et d'homéopathie ou un traitement entièrement homéopathique.

"La demande de consultation en homéopathie est en constante augmentation", constate le docteur Pascale Laville, médecin généraliste homéopathe et directeur médical de l'Hôpital Saint-Jacques qui est devenu aujourd'hui un Centre de Santé. "Les patients viennent en majorité de la région parisienne mais parfois de très loin pour consulter environ tous les quatre mois pour les traitements de fond mais bien sûr aussi en aigu, et également dans plusieurs spécialités : dermatologie, gynécologie, allergologie, ORL, pédiatrie et psychiatrie."

Des études scientifiques ?
Il n'y a pas pour l'instant d'études permettant d'établir une théorie scientifique complète expliquant le mode d'action des remèdes homéopathiques.

Il existe en revanche toute une série d'études mettant en évidence les effets positifs de l'homéopathie pour :
- soulager les patients atteints de cancer,
- contribuer au rétablissement postopératoire des fonctions de l’intestin,
- soulager les enfants souffrant de diarrhée,
- soulager les symptômes de l’arthrose,
- contribuer au soulagement des symptômes de la fibromyalgie,
- contribuer au traitement et à la prévention des infections des voies respiratoires supérieures et des oreilles (otite, sinusite, pharyngite, amygdalite),
- contribuer au traitement de la grippe (influenza),
- réduire les symptômes de rhinite allergique (rhume des foins),
- contribuer au traitement de l’asthme chronique,
- soulager les douleurs à la suite d’une chirurgie,
- prévenir les céphalées et les migraines,
- contribuer au traitement de la dépression,
- réduire les niveaux d’anxiété,
- aider les enfants atteints du trouble de déficit de l’attention/hyperactivité,
- réduire les pertes sanguines à la suite de l’accouchement,
- réduire les symptômes de la ménopause,
- soulager le syndrome prémenstruel,
- réduire les symptômes des patients atteints du virus de l’immunodéficience humaine (VIH),
- soulager l’arthrite rhumatoïde.
(Source : Passeport Santé)

La présence d'un principe actif dans les dilutions homéopathiques est un peu comme la notion de méridien en acupuncture : une inconnue scientifique qui peut nous repousser dès l'abord de manière rédhibitoire, ou bien qu'on peut considérer comme une hypothèse que la science finira bien par expliquer. Qu'on adopte l'une ou l'autre attitude, on ne peut passer à côté des faits : l'homéopathie est pratiquée par des médecins, elle est largement utilisée au sein de la population, elle donne souvent des résultats positifs, elle n'entraîne pratiquement pas d'effets secondaires indésirables, elle n'est pas contradictoire avec la médecine classique, ses médicaments sont bon marché…
Pour beaucoup d'entre nous qui cherchons les thérapies les moins traumatisantes possibles pour notre organisme c'est une approche qui mérite qu'on s'y intéresse.


                

La revue de presse

Probablement l'organisation qui sauve le plus de vies humaines sur Terre, le Programme alimentaire...

"Countdown" (Compte à rebours) est un évènement organisé par...

Ils émettent chaque année 700 mégatonnes de CO2, soit autant que le Royaume-...

Ne pas confondre la date limite de consommation (DLC) et la durée de durabilité...

Le training olfactif serait le meilleur des traitements pour remédier à l'anosmie (...

La lumière régule la sécrétion de la mélatonine par l'interm...