La 5G se déploie alors que ses effets sur la santé ne sont pas évalués

Face à l’absence d’évaluations sanitaires sur la 5G, les experts sont divisés. Dans un rapport publié le 27 janvier dernier, l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) conclut à "un manque de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiels liés à l’exposition aux fréquences autour de 3,5 GHz", la bande de fréquence utilisée par la 5G.
"Balancer une nouvelle exposition radiofréquence jamais testée sur l’ensemble de la population humaine, c’est faire un pari dangereux. D’autant qu’un cancer ne se développe pas du jour au lendemain. Il faut au minimum dix ans pour en voir les effets. Prenez l’exemple de l’amiante : il faut attendre quarante ans avant le développement d’une tumeur", estime Annie Sasco, médecin épidémiologiste.
Les plus prudents des experts ainsi que les associations environnementales réclament donc un moratoire, afin de donner du temps à la recherche scientifique. Encore faudra-t-il ensuite que le politique reprenne la main sur les intérêts particuliers des opérateurs de téléphonie !

Source : Reporterre, par Laury-Anne Cholez
 

La revue de presse

"La distanciation sociale est la stratégie fondamentale dans le contrôle de...

En moyenne, la période d'incubation est de 5 jours, selon l'Institut Pasteur et l'OMS (...

L'immunité durerait entre 1 et 3 ans après une exposition au SARS-CoV-2. Après...

C'est la solution à long terme : plusieurs pistes de vaccins sont à l'étude...

"La musique réduit le stress et l’anxiété. Elle atténue la...