La méthode Acmos : rétablir l'équilibre énergétique

Lorsque la physique occidentale rencontre les médecines traditionnelles d'Asie, le résultat est pour le moins surprenant… La méthode Acmos avec son appareillage sophistiqué permettrait de mesurer la dimension énergétique de l'être humain et d'en rétablir l'équilibre.

Viesaineetzen.com - La méthode Acmos : rétablir l'équilibre énergétique

L'homme qui m'explique la méthode Acmos est un positiviste formé aux probabilités aux Etats-Unis, un adepte d'une démarche scientifique en économie spatiale théorique. Son CV est impressionnant : spécialiste en aménagement du territoire, il a été professeur à l'ESSEC et à l'Ecole Nationale des Ponts & Chaussées. On le voit, rien ne prédisposait Alain Sallez à se tourner vers la bioénergie. Pourtant depuis 12 ans il est devenu naturopathe, Bioénergéticien Acmos et formateur dans cette discipline.

Publicité

En savoir plus

L'origine de la méthode

La méthode Acmos a été créée dans les années 1970 par un physicien français, René Naccachian.
À l'occasion d'un déplacement à l'étranger, il a été soigné par des médecins chinois pour un problème au genou.
"Fasciné par l'efficacité de ces soins, il a fait un doctorat de médecine chinoise à Taiwan, un doctorat de médecine ayurvédique au Sri Lanka, et un doctorat de biologie moléculaire en Europe. Puis il a construit petit à petit une méthode qui prend en compte tous les éléments de fonctionnement de l'organisme sur le plan bioénergétique".

"Acmos, au début, voulait dire Acupuncture Moléculaire par Stimulation. Puis le sens a évolué et est devenu Accord du Corps Matière avec les Ondes Suprasensibles", précise Alain Sallez.

Les agressions de l'environnement
L'objectif d'une séance Acmos est de faire retrouver à l'organisme ses capacités d'auto-guérison.
"Ce sont des qualités naturelles mais elles sont la plupart du temps bloquées par les agressions dont nous sommes victimes : un virus, des courants d'air, une personne qui nous met mal à l'aise…"
On trouve dans l'air des allergènes, des pollutions électromagnétiques (téléphones portables, ordinateurs, lignes à haute tension) ou aux métaux lourds. Mais il y aurait aussi une influence des rivières souterraines, des failles, des réseaux telluriques.
"On sait que la terre est traversée par un certains nombre de réseaux, Hartmann, Curry, qui correspondent à des émissions qui viennent du centre de la terre et dont un certain nombre de croisements peuvent causer des pathologies", assure Alain Sallez. "On ne tient pas assez compte de ces éléments en matière d'architecture, d'aménagement de parcelles et d'aménagement du territoire".

Conséquence : des blocages énergétiques qui peuvent devenir préoccupants et qui "sont à l'origine de déficiences pas très gênantes au début mais qui peuvent se transformer petit à petit en pathologies graves".

Les mesures de l'antenne de Lecher
Dans la première partie de la séance, le Bioénergéticien Acmos fait un bilan du fonctionnement du système énergétique. Il dispose pour cela d'un outil, l'antenne de Lecher. La version la plus perfectionnée, conçue par René Naccachian, est censée répondre par résonance à la longueur d'onde que le praticien a indiqué sur l'instrument à l'aide d'un curseur. Le principe de son fonctionnement ressemble à celui de la baguette du sourcier.

"On met une masse, reliée par un fil conducteur à l'antenne de Lecher, dans la main de la personne, les doigts sur la partie conductrice. Puis, en réglant cette antenne sur une longueur d'onde correspondant au fonctionnement d'un organe, d'un point d'acupuncture, d'un méridien, d'un chakra on va voir si la personne est bien reliée sur le plan cosmo-tellurique, si elle élimine correctement, si ses points d'énergie fonctionnent bien. Si c'est le cas, par résonance on a une réponse sur la longueur d'onde correspondante. Si on n'a pas de réponse, c'est que ça ne fonctionne pas, il faudra alors rétablir la circulation. Si je compare l'organisme à un système électrique, l'idée c'est de remettre des fusibles pour que les énergies puissent passer de nouveau", explique Alain Sallez.

Stimulation par électropuncture
La deuxième partie de la séance est consacrée à la stimulation de points d'acupuncture. "On agit par électropuncture en faisant passer un courant alternatif de très faible intensité. On joue soit avec la phase positive soit avec la phase négative du courant de la même façon qu'on utilise les aiguilles d'acupuncture en les faisant tourner dans un sens ou dans l'autre. Au lieu de garder les aiguilles 20 minutes, ça se fait en 1 minute environ avec un appareil conçu spécifiquement, l'Acmodermil".

Transfert vibratoire de produits
Le praticien va ensuite utiliser un certain nombre de produits conçus spécifiquement dans les laboratoires Acmos : de l'homéopathie générale, psy et hormonale, des minéraux, des plantes, des oligo-éléments, des huiles essentielles… Mais il va se servir uniquement de leur "capacité électromagnétique".

"Tout produit a une longueur d'onde et une fréquence qui peut correspondre à une partie organique. Pour rétablir un équilibre, on cherche le produit qui convient et on transfère sa longueur d'onde par exemple sur un point d'acupuncture."

L'ensemble est difficile à concevoir pour un esprit cartésien. Alain Sallez admet ne pas avoir la réponse à toutes les questions et affirme être toujours dans l'expérimentation. "Un nouveau champ qui s'ouvre pour la science…"

Vérification finale
Les mêmes mesures qui ont servi au diagnostic du début sont réalisées de nouveau en fin de séance pour vérifier l'efficacité de ce qui a été fait.
"On utilise toujours l'antenne de Lecher mais aussi un autre instrument à partir d'une sorte de cartographie, l'Acmograph".

Le rythme des séances peut être annuel, trimestriel ou mensuel voire bimensuel selon les personnes.
Le prix des consultations varie de 40 à 90 €.

Trouver un praticien
Il y en a une centaine en France. Leur formation est assurée par le Centre International de Bioénergie Acmos qui délivre des certificats.
L'Association des Praticiens de la Méthode Acmos regroupe les praticiens et vérifie que ces derniers se forment régulièrement, appliquent bien la méthode et "ne tombent pas dans des travers ésotériques". Compte tenu de l'originalité et de la nouveauté de la méthode, ce dernier point ne semble pas négligeable.
 


                

La revue de presse

Transformer le temps d'attente en temps de détente et de récupération, c'est...

Le développement du cerveau du fœtus serait impacté par les particules fines, m...

"Refusons d'être des cobayes ! Nous ne voulons plus mourir empoisonné.e.s,...

15 % de surface agricole en bio ou en conversion en 2022, 20 % de produits bio en restauration...

Les douches représentent 40 % de l'eau consommée par un foyer. Pour changer la salle...

Après janvier et février, le mois de mars sera également remboursé aux...