Nos matelas ont une âme : elle est dans l'hévéa

Essentiel pour la régénération nocturne du corps, le sommeil est une nécessité physiologique majeure pour tout être vivant. Le mauvais sommeil peut donc influer aussi bien sur les défenses immunitaires que sur l'apprentissage ou la mémoire.
Le lit représente une véritable parenthèse dans l'espace et dans le temps pour se ressourcer, récupérer énergie et vitalité. Bien choisir sa literie c'est donc bien… Si c'est "bio", c'est top !

Vie saine et zen - Literie bio

Trop mou, trop ferme, trop creux, pas assez long pas assez large… Une literie inadaptée, mal choisie ou usée peut gâcher la qualité du sommeil et avoir des conséquences désastreuses sur le bien-être dans la vie quotidienne, le moral et surtout la santé.

Publicité

En savoir plus

Le latex : la larme du bois

La découverte du caoutchouc et son étude eut lieu au Pérou, Equateur et Guyane française et fut le fait de naturalistes français, Charles de La Condamine et François Fresneau de la Gataudière, dans les années 1736-1747.
En observant l’utilisation du caoutchouc pour la fabrication de torches, ils découvrent deux extraordinaires propriétés : l’élasticité et l’imperméabilité. C’est à François Fresneau de la Gataudière que revint en 1775 l’honneur d’avoir décrit l’hévéa, pratiqué la saignée et étudié le latex.

Aujourd'hui, la variété la plus répandue dans le monde est l’hévéa brasiliensis.
80 % du latex vient d’Asie du Sud-Est, avec plus de 2 millions d’hectares de plantations et 33 % de la production mondiale. La Thaïlande en est le principal producteur.

Les français : mauvais coucheurs ?
Quand on sait qu'un français passe en moyenne 24 ans de sa vie dans un lit, on a intérêt à accorder au choix de sa literie une attention toute particulière !

Or ce n'est pas le cas puisque nous gardons notre literie 14 ans en moyenne, alors que la durée de vie d'un bon matelas n'excède pas 10 ans. Après, on y dort mal !
Et au moment de changer de literie nous y consacrons un budget moyen maximum de 499 euros.
Les allemands, champions du bien dormir, dépensent deux fois plus et changent leur literie tous les 8 ans en moyenne.

Un bon matelas, c'est quoi ?
Rappelons que la fonction la plus importante d'un matelas, c'est de s'adapter au corps pour que le poids et les mouvements de celui-ci soient parfaitement absorbés et répartis de façon régulière. Cela permet d'éliminer les points de pression qui finissent en quelques années par "creuser" le matelas.
L'idée, c'est que colonne vertébrale, squelette et articulations restent ainsi dans leur position naturelle.
Avantage : cela diminue le besoin de bouger et de se retourner au cours de la nuit et, en cas de nuit à deux, chaque partenaire est soutenu indépendamment. De plus, la bonne literie permet de réduire fortement le ronflement.

Comment repérer son matelas
Pour choisir un bon matelas, il faut se coucher dessus : le creux du dos doit reposer sur le couchage. Si la main passe dans un espace entre corps et matelas c'est le signe que celui-ci est trop dur. Si en se relevant le coude s'enfonce, c'est qu'il est trop mou.
En résumé : souple pour le confort mais ferme pour le soutien. C'est quand même pas compliqué !

Les matelas ont une âme
La fermeté d'un matelas est déterminée par ce que les professionnels appellent l'âme du matelas. Les trois types de technologies les plus courantes sont la mousse, le ressort et le latex.
Par rapport aux matelas en mousse ou à ressort, les matelas en latex sont réputés les moins déformables et les plus confortables.

Par ailleurs, depuis quelques années, certains fabricants ayant senti le vent du bio et du naturel souffler sur le marché, se sont tournés vers le latex pour fabriquer des matelas sans intrants chimiques ou dérivés de pétrole, donc sans émissions de COV (composés organiques volatils) fortement suspectés d'être allergènes et cancérigènes.
Mais là encore, il y a latex et latex.

Différents types de latex
En matière de literie, on trouve sur le marché plusieurs types de latex :

- le 100 % latex de synthèse : on appelle aussi couramment latex le matériau élastique obtenu par polymérisation (réaction chimique) de dérivés pétroliers. Également appelé 100 % latex, c’est ce matériau qui est le plus utilisé en literie, car moins cher.
Comme le polyuréthane, principal composant des matelas dits en mousse, ce latex de synthèse est obtenu avec des traitements chimiques polluants.

- le 100 % latex d'origine naturelle : il contient au moins 85 % de latex issu du lait de l’hévéa (et non de la sève), il est plus costaud que le latex de synthèse et plus élastique.
L’hévéa est peu exigeant concernant la fertilité du sol. À l’inverse, les sols inondés ou physiquement trop contraignants ne lui conviennent pas. Il ne nécessite pas l’adjonction d’eau et de pesticides chimiques. Il est cependant difficile d'employer le qualificatif "bio", bien que le latex en réunisse toutes les conditions (pas d'adjonction d'eau et de pesticides), parce qu'il n'existe pas de certification internationale satisfaisante.
Une fois cuit partout à cœur ce latex devient un bloc, à la fois ferme et souple, idéal pour dormir comme sur un nuage.


                

La revue de presse

En tête : Copenhague, Amsterdam et Oslo. Greenpeace vient de réaliser avec l'Institut...

Plus de 95 % des gaz utilisés pour les anesthésies sont aspirés et é...

15 millions de personnes seraient touchées en France par l'hypertension artérielle (...

Difficile de diagnostiquer la maladie de Lyme car sa responsable, la bactérie Borrelia, ma...

Deux repas de poisson ou de crustacés non frits par semaine sont recommandés par la...

L'apéro est important pour le lien social mais le passage par les amuse-gueules industriels...