Nutri-Score : les aliments les plus mal notés présentent bien un risque de mortalité plus élevé

Une mortalité supérieure de 7 % pour les consommateurs de produits moins bien classés sur l'échelle du Nutri-Score. C'est le verdict d'une étude publiée le 17 septembre dernier et réalisée à partir de données collectées au sein de 10 pays européens, sur plus de 500 000 participants, entre 1992 et 2015. Les décès par cancer étaient supérieurs de 8 %, les décès liés à une maladie cardio-vasculaire de 4 %, à une affection respiratoire de 39 % et à une affection digestive de 22 %.
Lancé en France, le Nutri-Score a également été mis en place en Belgique, en Espagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Suisse et au Luxembourg. Il est optionnel pour l'instant et ne deviendra obligatoire à l'échelle européenne qu'en 2022.
En France, l'affichage du Nutri-Score dans les publicités alimentaires deviendra obligatoire à partir du 1er janvier 2021. Santé Publique France préconise l'interdiction de la publicité TV pour les aliments classés D ou E aux horaires les plus regardés par les mineurs.

Source : Les Échos, par Florian Maussion
 

La revue de presse

Probablement l'organisation qui sauve le plus de vies humaines sur Terre, le Programme alimentaire...

"Countdown" (Compte à rebours) est un évènement organisé par...

Ils émettent chaque année 700 mégatonnes de CO2, soit autant que le Royaume-...

Ne pas confondre la date limite de consommation (DLC) et la durée de durabilité...

Le training olfactif serait le meilleur des traitements pour remédier à l'anosmie (...

La lumière régule la sécrétion de la mélatonine par l'interm...