Petit guide de survie pour parents séparés (suite)

Continuer à être deux parents
Chaque parent doit garder une place auprès de son ou ses enfants. "Qu’on le veuille ou non, un enfant est né d’un père et d’une mère, d’une double filiation. Son père est donc une partie de lui, sans laquelle il ne peut se développer.

En savoir plus

Quels métiers pour réussir son couple ?

D'après une étude britannique, selon les professions les couples sont plus ou moins susceptibles de durer.
La palme revient aux dentistes, ophtalmologistes et ingénieurs agronomes avec un taux de divorce allant de 2 à 7 %.
Les métiers à risques sont les danseurs et les barmen avec un taux de divorce s‘élevant à environ 40 % !

"Il faut que ce père existe" explique Jocelyne Dahan. La mère doit très souvent accepter l’idée que son ex et le père de l’enfant sont en quelque sorte deux personnes différentes.
"Lorsque vous vous énervez devant vos enfants et que vous en venez à dire du mal de votre ancien conjoint, rassurez-les tout de suite en leur expliquant que ce n’est pas leur papa ou leur maman que vous critiquez, mais votre ex", conseille Stéphane Clerget, pédopsychiatre.

Continuer à exercer son autorité
Une fois séparés, les parents se sentent souvent coupables et pour atténuer la peine qu’ils ont causée à leur(s) enfant(s) sont moins autoritaires.
Claude Halmos, psychanalyste, explique l’importance de l’autorité parentale : "Tout enfant - qu’il vive avec ses deux parents ou dans une famille monoparentale – essaie d’être le centre du monde, d’avoir tous les droits, d’être tout-puissant. Ce sont des pulsions complètement naturelles. Sans l’éducation, l’enfant n’intégrera jamais les règles qui feront de lui un être capable de vivre au milieu des autres et d’y être heureux".

Beaucoup de mamans se demandent comment asseoir leur autorité auprès des enfants. Claude Halmos conseille à ces mamans solos d’expliquer le pourquoi du comment aux enfants, même tout-petit.
"Si je t’empêche de cracher ta purée par terre ou de donner des coups de pieds aux autres, ce n’est pas parce que ça m’amuse ou pour t’ennuyer. Je le fais pour que tu apprennes à te conduire comme un grand. Je t’oblige parce que c’est mon travail de maman. Je ne l’ai pas inventé. Si ton père était là, il te dirait la même chose. Ta maîtresse d’école, le docteur qui te soigne, tes grands-parents aussi".

S’appuyer sur le père
Mais pourquoi l’autorité est-elle mieux acceptée lorsqu’elle passe par le père ? Le timbre de voix, la force physique, etc… n’en sont pas la raison principale.
C’est la place du père dans la famille qui explique "tout" ou presque. Le rôle du père, dès la naissance, est d’aider à la séparation de la mère et de l’enfant. C’est lui qui incarne la loi sociale. Du coup, même séparée du père, la mère devrait toujours pouvoir dire : "je vais le dire à ton père" et le père devrait soutenir son ex. C’est évidemment vrai dans la situation inverse. Dans un monde parfait, un couple séparé resterait des parents soudés.

 

Je terminerai par une phrase que m’a dite Stéphane Clerget en préparant cet article : "la vie se termine par la mort mais ce n'est pas pour autant que la vie est un échec".
Alors ce n’est pas parce que le couple papa-maman s'est séparé qu'il faut oublier tous les bons moments passés. Et il reste un pari à gagner : réussir sa famille recomposée.

 

 


                

La revue de presse

Dans la bataille des chiffres, Moderna annonce une efficacité de 94,5 % pour son vaccin anti...

43 % des Français disent qu'ils n'accepteraient probablement ou certainement pas le vaccin...

"Pas de preuve qu'il améliore la survie ni qu'il permette d'éviter d'être...

Créer un délit général de pollution et un délit de mise en...

Des investissements massifs, multipliés par deux, et une refonte du système d'aides...

En jeu : la transformation des filières et une modification des régimes alimentaires...