Pour la première fois, un juge refuse de suspendre deux arrêtés antipesticides

Un tribunal reconnaît une carence de l'État et considère que l’on a suffisamment d’indications sur la dangerosité des produits pour qu'un maire soit fondé à interdire le glyphosate et les pesticides sur le territoire de sa commune. Il s'agit du tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) qui a rejeté, le vendredi 8 novembre dernier, la demande de suspension par le préfet des Hauts-de-Seine de deux arrêtés pris au printemps par les maires de Gennevilliers et Sceaux. Cette ordonnance permet de faire jurisprudence, ce qui est une bonne nouvelle pour la centaine de communes qui a pris des arrêtés similaires. L'État fera sans doute appel de cette décision, ce n'est que le début du combat.

Source : Le Monde, par Patricia Jolly
 

La revue de presse

Une dizaine de villes de plus de 30 000 habitants passent au vert à l'occasion du second...

Un 1er référendum "d’ici à 2021" sur l’introduction dans...

Désormais les semences non-inscrites au catalogue officiel peuvent être vendues l...

Une baisse modeste : de 0,1 an pour les femmes, de 0,2 an pour les hommes… L'espé...

Le dérèglement du rythme veille/sommeil augmente la dissémination des cellules...

Une rémission du diabète pour 61 % des personnes ayant suivi un régime...