Travailler les muscles du bonheur

Se débarrasser des vieux mythes et cultiver certaines qualités permettraient de devenir un "diffuseur de positif", de muscler son bonheur intérieur, pour soi et ses proches…

Viesaineetzen.com - Travailler les muscles du bonheur

Dans le sillon de la psychologie positive, on considère que le bonheur relève largement de la décision personnelle (voir : Une boîte à outils pour être heureux). Ce serait même une question d'entraînement.
"Tout est affaire d'apprentissage. Le bonheur s'acquiert de la même façon que la force musculaire"*, affirme Will Jelbert, consultant, conférencier et coach bien-être.

En d'autres termes, nous pourrions donc apprendre à devenir un "diffuseur de positif", comme l'explique Lirone Samoun** (voir encadré).

En savoir plus

Devenir "diffuseur de positif"

Lirone Samoun propose de devenir un diffuseur de positif, c'est à dire "une personne rayonnante qui inspire et impacte directement ou indirectement son entourage. Elle rayonne par sa joie de vivre, son authenticité, sa capacité à aimer et apprécier, son dynamisme et sa volonté à toujours aller de l'avant."**

Il y aurait 9 étapes pour devenir un diffuseur de positif accompli :
1) Apprendre à s'accepter tel qu'on est
2) Développer la pleine conscience
3) Développer l'art de voir les choses autrement
4) Développer l'art de la reconnaissance
5) Développer un entourage de qualité
6) Développer sa curiosité
7) Agir en fonction des ses objectifs
8) Prendre soin de son corps
9) Impacter son entourage. 

Chasse aux mythes
On peut d'abord démolir tranquillement quelques mythes sur le bonheur. Premier exemple : l'argent, les biens matériels, le luxe ou le confort rendraient heureux. Ce n'est pas plus vrai que le fait de bénéficier d'un physique avantageux, d'un job intéressant ou d'une situation sociale enviable. Pas plus vrai que d'avoir du temps pour soi ou de déménager dans un lieu paradisiaque.
D'autres erreurs sont couramment répandues : on confond plaisir et bonheur, on se compare aux autres, on pense que le bonheur vient de circonstances extérieures ou qu'il est un objectif à atteindre. On croit qu'il exclut la tristesse. On juge qu'il est égoïste de s'occuper de son bonheur…
Ces mythes et ces croyances constituent des freins à notre épanouissement.

Pour s'en émanciper, Will Jelbert propose de cultiver quelques qualités essentielles, de travailler les cinq muscles du bonheur : la sincérité, la gentillesse, la curiosité et la tolérance, la conscience, le courage.

La sincérité du chien
C'est le muscle le plus important car il assure la cohésion de l'ensemble. La sincérité est la base pour instaurer dans ses relations avec les autres de la confiance, de l'harmonie, de la franchise, de la transparence et de l'intégrité.
(Voir : Cinq clés pour vivre "heureux comme un danois")

Will Jelbert dénonce notamment les promesses de bonheur véhiculées par la publicité et les médias, qui seraient "la voix de l'ego et de la peur" ou "le langage des impostures" et qui nous détourneraient de l'écoute sincère de nos besoins intérieurs.

La gentillesse du dauphin
Ce muscle est orienté à 100 % sur le relationnel et inclut la chaleur, le respect, la reconnaissance et l'altruisme, la gratitude, l'empathie et la compassion. La gratitude a de nombreux effets bénéfiques : elle prévient l'anxiété et la dépression, elle calme cette dernière, elle ancre dans le moment présent, permet de surmonter les épreuves et le stress, favorise l'intégration sociale et la santé psychique.

"Le respect ne s'adresse pas uniquement aux êtres humains", affirme Will Jelbert. "Quand vous dégustez une cuisse de poulet ou un filet de poisson, n'oubliez pas d'avoir une pensée pour l'animal concerné. Il est tout à fait normal de se nourrir de la chair d'autres êtres vivants (c'est ainsi que se transmet l'énergie dans la nature) mais on ne devrait jamais tuer un insecte pour le plaisir ou parce qu'on en a peur."* En matière de gentillesse, tout est dans l'intention.

La tolérance et la curiosité du pingouin
La tolérance est le muscle le plus souvent perçu comme un des points les plus faibles. Il est pourtant utile d'apprendre à tolérer la peur et la douleur. Il est important de savoir tolérer les évènements, de faire preuve de patience face aux aléas de la vie.

Tolérer les autres est une difficulté qui n'est pas toujours facile à surmonter. Cela consiste surtout à aborder les différences avec curiosité.
"Les divergences d'opinion ouvrent de nouvelles portes ; elles sont indispensables car elles nous poussent à nous remettre en question, à sortir de l'ignorance et à affiner notre perception de la réalité."*
Mais le plus difficile est sans doute de se tolérer soi-même et d'oser l'autodérision (voir : Devenir ami avec soi-même).
"Réconciliez-vous avec vous-même", demande Will Jelbert. "Pardonnez-vous vos petites erreurs de tous les jours, passez un coup d'aspirateur sur vos prétendus défauts et, pour finir, dynamitez une bonne fois pour toutes les barrières qui bloque votre aptitude au bonheur depuis des années. Et que ça saute !"*

La conscience du koala
C'est le muscle qui permet de vérifier qu'on n'est pas en train de se fatiguer inutilement alors qu'on a déjà satisfait tous ses besoins. Vivre en conscience consiste à faire preuve de modération, à faire jouer son intuition, à prendre de la distance avec le monde matérialiste et les plaisirs vides, à démasquer les pièges du conformisme.
"De manière générale, plus on tient à l'argent, plus on est dépendant de son ego et plus on vit dans "l'inconscient" (sans tenir compte de ses cinq sens)."*

Le courage du lion
De manière paradoxale, faire preuve de courage, c'est accepter sa peur. "C'est refuser de se conformer aux normes de la société quand on ne s'y reconnaît pas. (…) Comme les autres muscles du bonheur, le courage est présent en chacun de nous. Hélas, il est sournoisement détruit par l'éducation."*

Il s'agit de savoir assumer ses responsabilités, de se défaire de ses mauvaises habitudes, d'oublier la routine, de donner libre cours à sa curiosité pour aller vers l'inconnu, d'accueillir le doute, de retrouver l'innocence, d'oser ne pas s'ennuyer. Il est question du courage de passer à l'acte, du courage d'aimer et de faire confiance, du courage de la vulnérabilité et de l'humilité.
"Avoir le courage de ne rien attendre de la vie, c'est avoir le courage de vivre."*

Pour soi-même et pour les autres
Développer les muscles décrits par Will Jelbert ou traverser les 9 étapes proposées par Lirone Samoun permettrait d'expérimenter le bonheur intérieur, d'apprivoiser ses peurs, de renforcer sa confiance. Cela permettrait également de "mettre de l'âme dans la vie de nos proches"*.

 

Sources :
*La sagesse du koala, Will Jelbert, éditions La Martinière
**Être heureux, ça s'apprend, Lirone Samoun, éditions Ideo


                

La revue de presse

Anguille européenne, moineau domestique, tortue luth en Guyane et au Costa Rica, gorille des...

En circulant chez l'être humain, le SARS-CoV-2 évolue et la surveillance de ces...

En France, seulement 59 % de la population indiquent vouloir se vacciner contre le Covid-19, selon...

Il faut se frictionner les mains au moins 20 secondes, sans rincer, avec une solution contenant de...

75 % des Français ne font aucune restriction sur leur régime alimentaire ou se disent...

Pour que les gens se sentent à l'aise et bienvenus, qu'ils se sentent acceptés,...