Vive les vacances et le tourisme vert !

L'année a été dure, nous avons bien mérité nos vacances. C'est certain. Mais ce n'est pas une raison pour oublier de respecter la planète et celles et ceux qui l'habitent, le temps du break estival. À nous d'être les "consomm'acteurs" d'un tourisme vert et zen !

Vie saine et zen, Vive les vacances et le tourisme vert !

Le tourisme tient une grande part dans la dégradation des milieux naturels et le développement des inégalités dans les pays du sud avec son cortège d'effets pervers : délinquance, prostitution…
Voilà la raison pour laquelle, face au tourisme de masse, est né depuis les années 90 ce qu'on appelle le tourisme "durable" ou "responsable".

En savoir plus

Tourisme international et OMT

Les recettes du tourisme international : 733 Md $ en 2006. 
Nombre de touristes : 898 millions en 2007. 
À qui profite cette activité fortement lucrative ? 
Aux grands opérateurs internationaux qui, pour la plupart, appartiennent aux pays développés. 
Le tourisme est fait pour les riches et enrichit… Les riches.

Pour l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), "le tourisme durable doit exploiter de façon optimum les ressources de l'environnement (…) en préservant les processus écologiques essentiels (…), respecter l'authenticité socioculturelle des communautés d'accueil (…), assurer une activité économique viable sur le long terme offrant à toutes les parties prenantes des avantages socioéconomiques équitablement répartis…"

Vert, équitable, solidaire, écotourisme : c'est quoi ?
- Le tourisme vert et l'écotourisme, c'est pareil. Synonyme. C'est une variante du tourisme durable qui privilégie la découverte de la nature.

- Le tourisme équitable et solidaire met, lui, l'accent sur la relation nord-sud, dans une perspective de développement des populations locales.

Attention ! Se méfier des contrefaçons
El Mirador au Guatemala, Mar de Cortés au Mexique, Micos Beach au Honduras, et bien d'autres…
Sous l'appellation frauduleuse d'écotourisme, dans tous ces sites, la nature est exploitée et vendue, comme l’a été, il y a quarante ans, la magnifique baie d’Acapulco. Et avec les mêmes méthodes : corruption des autorités, information tronquée, indemnisation ridicule ou inexistante des terres, déni des conséquences écologiques et sociales.

Voilà pourquoi il faut être attentif et ne pas se laisser abuser par la beauté des dépliants publicitaires. Alors pourquoi pas se fier à des labels qui présentent quelques critères de fiabilité ?…

Ecolabel
Le tourisme est le premier service qui a été labellisé par la Commission européenne. Les lieux d'hébergement qui arborent le logo avec la fleur doivent limiter la consommation d'énergie et d'eau ainsi que la production de déchets. Ils doivent également favoriser l'utilisation des ressources renouvelables et des substances les moins dangereuses pour la planète et promouvoir la communication et l'éducation à l'environnement.

En 2008, en France, neuf hôtels et un camping ont reçu l'estampille européenne.
Ecolabels.fr

Les gîtes Panda
Tout le monde connaît le principe du gîte rural : une maison de vacances en location à la semaine ou au week-end.
Parmi les gîtes de France, certains d'entre eux se nichent au cœur des Parcs naturels et sont labellisés par le WWF. Les 300 gîtes Panda s'engagent à respecter les richesses naturelles de leur région et proposent toute une documentation sur les possibilités de promenade et d'observation de la nature.
Gîtes de France

La Clef Verte
C'est un label environnemental mis en place depuis 1998 par la Fondation pour l'Education à l'Environnement. Les campings, les hôtels, les gîtes et les chambres d'hôte labellisés doivent respecter un certain nombre de critères d'aménagement, d'éducation et de gestion, notamment de l'eau, de l'énergie et des déchets.
La Clef verte est maintenant présente dans 12 pays : Danemark, France, Suède, Estonie, Lituanie, Lettonie, Pays-Bas, Belgique, Italie, Tunisie, Portugal, Maroc.
La Clef Verte

Agir pour un Tourisme Responsable (ATR)
Depuis 2004, ATR regroupe 18 voyagistes de taille petite et moyenne qui souhaitent oeuvrer dans le sens d'un tourisme plus responsable avec des pratiques professionnelles basées sur le respect, la solidarité et la qualité. La certification qui a fait l'objet d'une parution au journal officiel en mars 2007 est contrôlée par un organisme indépendant agréé par l'état (Afaq-Afnor). C'est le premier label de ce type en France.

À ce jour, trois voyagistes sont certifiés :
allibert-trekking.com
atalante.fr
chamina-voyages.com

L'Association pour le Tourisme Équitable et Solidaire (ATES)
Elle existe depuis 2006 et réunit 20 voyagistes ou associations relais qui s'engagent en faveur du tourisme équitable et solidaire. Sa charte définit 10 critères fondamentaux autour de la relation avec les partenaires accueillants, les engagements en faveur du développement local, la sensibilisation du voyageur, la transparence et la communication.

Exemples de membres de l'ATES :
laroutedessens.org
taddart.com
boutdumonde.eu
ecotours.fr

Une fois de plus, dans ce domaine comme dans d'autres, tout est dans nos mains. C'est nous qui choisissons la destination de nos vacances. Nous avons la liberté de pouvoir donner du sens à ce choix.

 

Sources :
Organisation Mondiale du Tourisme
RSEnews
Le Monde diplomatique

82 millions

c’est le nombre de touristes qu’a accueilli la France en 2007


7 %

des voyageurs français ont pratiqué l’écotourisme en 2008


- de 2 %

c’est l’offre touristique française consacrée à l’écotourisme




                

La revue de presse

Il y a plusieurs choses à faire pour éviter les inconvénients de la "cin...

Newfeel Walking 500 de Decathlon (15 €) sont les lunettes de soleil "haute protection...

Le déménagement est l'occasion de trier, jeter, donner, vendre et il existe aujourd'...

Pas d'anomalies dans la composition du nouveau Levothyrox, assure l'ANSM (Agence du mé...

Depuis le 2 juillet, les boutiques doivent éteindre panneaux publicitaires et é...

Les 33 recommandations du rapport de la commission d'enquête sur la sûreté et la...