De la viande ou pas ?

Autrefois la viande était la base de l'alimentation et signe de richesse. Aujourd'hui la plupart des experts de santé la déconseillent autant qu'ils encouragent les fruits et légumes. Pour quelles raisons ?…

Vie saine et zen viande ou pas

"Une à deux fois par jour en faible quantité, en variant les espèces et en privilégiant les morceaux les moins gras", disent les autorités médicales. "Deux ou trois fois par semaine" conseillent la plupart des nutritionnistes. Sans parler des végétariens qui la proscrivent totalement… On voit bien que la tendance est aujourd'hui à essayer de limiter sa consommation de viande.

Publicité

En savoir plus

Impact environnemental

Selon la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), l'élevage serait à l'origine de :
- 18% des émissions de gaz à effet de serre (davantage que les transports),
- 8% de la consommation mondiale d'eau (il faut entre 20 000 et 100 000 litres d'eau pour produire un kg de bœuf)
- 37% du méthane (gaz à effet de serre 21 fois plus "réchauffant" que le CO2)

L'élevage : zen pour la planète ?
Les associations écologiques le rabâchent depuis des années : il faut 7 kg de fourrage pour produire 1 kg de bœuf, 2 kg pour produire 1 kg de poulet… Les surfaces agricoles seraient beaucoup mieux utilisées si on y plantait des végétaux sources de protéines pour les humains.

En plus, les rots des animaux émettent des gaz à effet de serre. Ne riez pas c'est très sérieux ! Un rapport de la FAO indique que l'élevage émet 37 % du méthane, 65 % du protoxyde d'azote et de l'ammoniaque produits par l'activité humaine.
Ce même rapport dénonce l'élevage comme principal responsable sur la planète de la pollution des eaux (effluents d'élevage, antibiotiques, hormones, engrais et pesticides utilisés pour le fourrage) et de la réduction de la biodiversité (déforestation, dégradation des terres…).

La viande : source importante de fer et de vitamine B12
Faut-il pour autant se passer de viande ?
C'est un aliment riche en protéines (de 20 à 30 % selon les types viandes), et en acides aminés essentiels. La viande rouge est une source importante de fer et de vitamines, notamment la vitamine B12, antianémique.

C'est la raison pour laquelle, lorsqu'on veut exclure la viande de son menu pour des raisons philosophiques, religieuses ou simplement de santé, il faut être attentif aux apports en fer (10 mg par jour pour un homme et 18 mg/jour pour une femme) ainsi qu'en vitamine B12.
Il suffit pour cela de veiller à équilibrer sa ration de protéines, par exemple en associant dans un même repas une céréale non raffinée et une légumineuse, (couscous/pois chiche ou riz complet/haricot rouge).

Plus de risques de cancers ?
Selon des études récentes, la consommation de viande accroîtrait le risque de certains cancers (colorectal, côlon, œsophage, foie, pancréas, sein…). Mais certains scientifiques contestent ces études en faisant observer que ce qui serait en cause serait surtout une surconsommation de viandes et un manque d'équilibre alimentaire (notamment une carence en fruits et légumes).
À noter les facteurs aggravants venant de certains modes de cuisson, comme le grill ou le barbecue. Les molécules générées à cette occasion sont potentiellement toxiques. C'est le cas par exemple des amines hétérocycliques (AHC) et des hydrocarbones aromatiques polycycliques (HAP) qui augmentent le pouvoir cancérogène du produit.
Attention aux viandes grillées ou fumées !

Daniel Servan-Schreiber évoque dans son livre Anticancer les recherches du Dr Béliveau qui n'hésite pas à placer la viande dans les aliments qui favorisent l'inflammation et la croissance des cellules adipeuses et cancéreuses, là ou d'autres aliments les inhibent (voir l'article : Fruits et légumes, pourquoi bouder un plaisir ?).

Maladies cardiovasculaires et diabète
Plus une viande et grasse, plus elle est riche en cholestérol et en graisses saturées. Plus elle augmente donc les risques de maladies cardiovasculaires.

On a pu constater également qu'une surconsommation de viande rouge accentue les risques de diabète de type 2 et probablement de maladies inflammatoires, comme la polyarthrite rhumatoïde.

Pour toutes ces raisons, les nutritionnistes conseillent de consommer de la viande avec modération, de préférence les viandes maigres (pas plus de deux fois par semaine pour les viandes rouges), en petites portions, de varier régulièrement les sources (viandes blanches et rouges, volailles, oeufs, charcuteries...), d'être très attentif à son équilibre alimentaire et à la qualité des produits.

 

Sources :
Centre d'information des viandes
Viande bio
Anti-cancer, David Servan-Schreiber, Robert Laffont
Que Choisir
Alternative Santé

38 kg

de viande par habitant ont été consommés dans le monde en 2007


1, 7 milliard

d’animaux d'élevage dans le monde


1,5 %

des français sont végétariens




                

La revue de presse

Le nouveau Levothyrox ne comprend pas seulement du mannitol et de l'acide citrique, censés...

Est-elle si contagieuse, le vaccin est-il efficace, faut-il la traiter avec des antibiotiques ? Le...

Bouffées de chaleur, problèmes d'humeur ou d'insomnie… Les symptômes qui...

Comment laver les fruits et légumes pour les débarrasser des résidus de...

Comment trouver le financement des 100 milliards $ par an promis à partir de 2020 aux pays...

Les cadeaux de Noël faits maison ont l'intérêt d'être originaux, é...