7 règles d'or pour mincir durablement

De plus en plus d'experts dénoncent cette croyance selon laquelle on pourrait perdre 5 à 10 kilos rapidement sans conséquences pour la santé.
Fini les régimes privatifs qui provoquent l'effet yo-yo ! On peut trouver le poids dans lequel on se sent bien grâce à un équilibre alimentaire sur la durée…

Viesaineetzen.com - 7 règles d'or pour mincir durablement

Pour Lylian Le Goff, médecin environnementaliste, expert en alimentation et Laurence Salomon, naturopathe, Chef du restaurant Nature & Saveurs à Annecy, il est tout à fait possible d'envisager un programme bon et naturel pour mincir durablement.

Publicité

En savoir plus

Les risques des régimes hyperprotéinés

Lorsqu'on suit un régime hyperprotéiné on aurait :
- un risque de mortalité supérieur de 23 % au reste de la population,
- un risque de crise cardiaque supérieur de 14 %,
- un risque de décès par cancer supérieur de 28 %.

Ce sont les conclusions d'une étude américaine publiée en 2010 dans la revue Annals of Internal Medecine et réalisée auprès de 130 000 personnes suivies pendant 20 ans.

1. Réduire les produits carnés
"Manger trop de protéines carnées c'est s'exposer à consommer trop de graisses saturées avec des conséquences en termes de maladies cardiovasculaires et indirectement de certains cancers", précise Lylian Le Goff.
Il faut donc diversifier ses apports de protéines, réduire la viande au profit du poisson et des associations de céréales et de légumineuses.

2. Fuir les produits industriels et raffinés
"L'une des conséquences des dérives agro-industrielles, outre les pollutions, c'est de porter atteinte à la qualité des aliments."

Le raffinage, notamment des produits céréaliers, du sucre, du sel, des huiles végétales a pour objectif de stabiliser le produit pour qu'il se conserve plus longtemps. À l'arrivée on a des produits pâles et insipides, appauvris en fibres, protéines, vitamines, minéraux, oligoéléments ou acides gras insaturés… Le paradoxe c'est que ces aliments raffinés, pour être assimilés, ont besoin d'aller chercher dans les réserves de l'organisme ces mêmes micronutriments qui ont été éliminés.

3. Choisir des produits de qualité
Pour Lylian Le Goff, "il n'y a pas photo, il y a beaucoup plus de densité nutritionnelle du côté des filières bio ou qui se rapprochent du bio ! On y trouve une plus grande richesse en nutriments qui sont très protecteurs contre les excès de poids et les maladies lourdes que j'ai énoncées."

À nous donc de préférer les produits bio, mais pas seulement ! Pour Laurence Salomon, "il y aussi sur les marchés des maraîchers locaux qui n'ont pas forcément le label bio mais qui font de la qualité ; et les AMAP, les paniers…"

4. Équilibrer les aliments acidifiants et alcalinisants
"Le milieu intérieur dans lequel baignent nos cellules doit être un milieu alcalin avec un pH de 7,4 qui ne doit pas connaître de grandes variations. Or on a tendance à être en état d'acidité du fait de nos modes de vie, du stress, de la pollution…", explique Lylian Le Goff. "Et aussi du fait de l'alimentation. Les protéines sont dégradées en composés acides, comme l'acide urique. On ne peut pas éviter cette acidification. Mais il y a une parade, c'est d'apporter par l'alimentation les minéraux et les oligoéléments, essentiellement issus des végétaux, qui sont très alcalins."

5. Rendre son alimentation plus "vivante"
Si l'on a fait l'effort de choisir des produits de qualité, ce serait dommage de détruire leurs atouts. On préférera donc consommer plus de produits crus ou préparés avec des modes de cuisson douce.

"Les facteurs de risques peuvent venir de notre cuisine. Si on est trop agressif dans les modes de cuisson on peut en grande partie détruire la qualité des produits et générer de nouveaux composés qui dérivent vers le risque cancérigène", alerte Lylian Le Goff.

6. Modérer les quantités, mangez lentement
C'est essentiel, il faut manger et mâcher tranquillement, sans être distrait par autre chose, pour bien ressentir le plaisir gourmet. Il est bon aussi de faire des pauses.

"La mastication ça s'apprend dès l'enfance. Les mauvaises habitudes sont très difficiles à perdre une fois adulte parce que ce sont des réflexes conditionnés. Il faut mâcher et avaler presque liquide", précise Laurence Salomon.

C'est la clé d'une bonne digestion et la garantie que la sensation de satiété permettra de réduire ses portions.
"Et il faut savoir que frugalité rime avec longévité", rappelle Lylian Le Goff.

7. Penser à bien s'hydrater
On estime à 1,5 litres nos besoins en eau de boisson. Il vaut mieux boire en dehors des repas, soit de l'eau du robinet quand elle est fiable, soit de l'eau de source (vérifier sur l'étiquette que le "résidu sec à 180°C" est inférieur à 300 mg/l).

Et ce joli programme ne va pas grever notre budget. Lylian Le Goff a fait le calcul : "on va réduire les excès en termes de protéines animales, très onéreuses par rapport à leur équivalent végétal ; on va cuisiner soi-même et réduire les achats traiteurs ; on va donc faire des économies qui vont servir à acheter des ingrédients un peu plus chers. Sur une moyenne pondérée de plusieurs repas plus variés et équilibrés on va rester dans le même budget."

 

Source :
Ceci n'est pas… un régime, Lylian Le Goff et Laurence Salomon, éditions Marabout

70 %

de notre poids
est fait d'eau


35 grammes

quantité quotidienne maximum
conseillée pour les sucres raffinés


2/3

de la ration de protéines
doit venir des œufs, du lait, des végétaux




                

La revue de presse

Prime à la casse étendue, chèque énergie, crédit d’imp...

Les excès d'émissions d'oxyde d'azote (NOx) seraient responsables en Europe (Norv...

Céréales du petit déjeuner, lentilles, pois chiches… Parmi 30 produits...

Le cocktail de perturbateurs endocriniens serait explosif chez l'homme. C'est le verdict d'une...

Risque accru de sclérose en plaques associé aux faibles niveaux de vitamine D...

Une cure de 4 semaines suffirait pour améliorer de manière significative les troubles...