Infection urinaire : elle ne passera pas par moi !

Ponctuelle ou chronique, l'infection urinaire est souvent douloureuse et gênante. Voici des solutions pour la déloger ou mieux encore, empêcher qu’elle ne s’installe !

Viesaineetzen.com - Infection urinaire : elle ne passera pas par moi !

"Tout le temps envie de faire pipi, j’urine trois fois rien et à chaque fois ça brûle." Dès qu'Isabelle Michelon-Lorain, gynécologue à Conflans-Sainte-Honorine, entend cette plainte, elle pense à une infection urinaire.

En savoir plus

Cystite, urétrite ou pyélonéphrite

- La cystite est une infection de la vessie et de l’urètre (le conduit qui permet de faire écouler l'urine). Les femmes y sont plus sujettes car leur urètre est plus court que celui des hommes.
- L’urétrite ne touche que l’urètre. C’est une infection transmissible sexuellement courante chez les hommes.
- En cas de fièvre élevée, on est en présence d'une pyélonéphrite, une inflammation du rein, qui nécessite d'être vigilant.

Anne, une jeune femme de 26 ans, raconte ses épisodes de cystites : "j’avais tout le temps envie d’aller aux toilettes, j’avais mal dans le bas du ventre, ça picotait, c’était horrible je souffrais vraiment".

Pour Pascal C, médecin homéopathe : "chez un homme, l’infection urinaire sera tout de suite considérée comme un problème sérieux, on pense prostate, inflammation, adénome ou même cancer… qui expliqueraient la difficulté de la vessie à se vider totalement. Le résidu urinaire restant est alors un nid pour le développement bactérien".

À l’origine du mal : l’Escherichia Coli
Cette petite bête vit tout à fait normalement dans notre côlon où elle participe à l’équilibre de notre flore intestinale. La situation devient pathologique lorsque l’Escherichia Coli gagne l’intérieur de notre corps et s’y développe au niveau des voies urinaires en adhérant aux parois de la muqueuse, grâce à des sortes de petites tentacules (adhésines).

Ce colibacille est dans environ 70 % des cas, l’agent déclenchant de l’inflammation. Pour confirmer l’hypothèse, le médecin peut prescrire une analyse d’urine. Elle est positive si le laboratoire observe plus de 100 000 germes par millilitre d’urine.

Remonter à la cause de la cause
Comment cette bactérie se retrouve hors de chez elle ?

- Des causes communes hommes/femmes
- Différents contacts durant un rapport sexuel peuvent favoriser la mobilité des germes de l’anus à l’entrée de l’urètre,
- Prise d’antibiotiques,
- Hyperperméabilité intestinale (voir L'intestin : un rôle stratégique dans notre santé),
- Facteur psychologique : Anne a été sujette à des infections urinaires à répétition pendant une phase critique de sa vie de couple : "je vivais une période de doutes et d’incertitudes sur mon couple, ça a duré environ trois mois, le temps que tout se règle dans ma tête, après je n’ai plus eu d’infection urinaire !"

Du point de vue de la médecine chinoise, l’interprétation symbolique des infections urinaires porte sur la notion de "territoire". Ces désagréments seraient liés à des problématiques de place dans un groupe, une famille, un couple, une équipe… La vessie représentant le domaine du territoire, il pourrait s’agir d’un problème de positionnement de la personne dans le groupe, de blessure liée à la définition de son domaine d’action, son comportement dans la communauté.

- Des causes spécifiquement féminines
- Hygiène locale : souvent dans le cas des petites filles, le fait de s’essuyer d’arrière en avant après avoir été à la selle augmente le risque de contamination des voies urinaires.
- Port prolongé de vêtements serrés.
- Se retenir d’uriner.

La flore vaginale devrait jouer son rôle protecteur mais il est fréquent qu'elle soit altérée et ne remplisse plus aussi bien ses fonctions.
En cause :
- Utilisation de savons au pH trop alcalin.
- Utilisation excessive de tampons et préservatifs.
- Pilule contraceptive qui modifie la flore vaginale.
- Sécheresse vaginale en période de pré-ménopause et de grossesse.

- Des causes spécifiquement masculines
- Infection de la prostate (prostatite) : souvent chez les sujets jeunes, la prostate enflammée peut resserrer l'urètre et ainsi perturber l'écoulement de l'urine, donc favoriser la prolifération des germes dans l’appareil urinaire.
- Hypertrophie bénigne de la prostate : chez l’homme de plus de 50 ans, elle peut empêcher la vessie de se vider complètement.
- Maladie sexuellement transmissible : c’est le même canal qui conduit l’urine et le sperme.

Prévention : les bonnes habitudes à prendre
- Aller uriner avant et après chaque rapport sexuel.
- Aller uriner dès que l’envie se fait sentir.
- Boire environ un litre et demi d’eau par jour, ce qui permet de "vidanger" régulièrement les voies urinaires.
Isabelle Michelon-Lorain donne cette petite astuce : "quand vous allez uriner, buvez un verre d’eau juste après !".

Et plus spécialement pour les femmes :
- Utiliser des savons aux formules douces appropriées à l’hygiène intime,
- Éviter au maximum le port de pantalons serrés, ainsi que l’utilisation de tampons.


                

La revue de presse

Il y a plusieurs choses à faire pour éviter les inconvénients de la "cin...

Newfeel Walking 500 de Decathlon (15 €) sont les lunettes de soleil "haute protection...

Le déménagement est l'occasion de trier, jeter, donner, vendre et il existe aujourd'...

Pas d'anomalies dans la composition du nouveau Levothyrox, assure l'ANSM (Agence du mé...

Depuis le 2 juillet, les boutiques doivent éteindre panneaux publicitaires et é...

Les 33 recommandations du rapport de la commission d'enquête sur la sûreté et la...