Au secours ! Ma nounou m'abandonne !

Au secours ! Ma nounou m'abandonne !

Quand on est parent d’un enfant de moins de 3 ans et qu'on a eu la chance de trouver LA nounou parfaite… Que faire quand cette dernière nous lâche sans crier gare ? Petit manuel de survie.

Image

Sommaire

- Le coup de fil fatidique
- Assistante maternelle ou crèche familiale
- Crèche parentale
- Jeune fille au pair
- Internet, source intarissable de bons plans
- Des agences privées
- Penser aux mamies

Il y a des jours comme ça où l’on se félicite d’être aussi prévoyante.
Les vacances, finies, le retour au boulot approche à grands pas. Aucun souci à se faire, tout est déjà prêt pour les grands et les petits. Dès la semaine prochaine, le benjamin de la famille sera entre les (bonnes) mains de sa nounou. Il n’y a plus qu’à attendre confortablement...

Le coup de fil fatidique
Et puis, il y a des jours comme ça où l’on aurait mieux fait de ne pas entendre la sonnerie du téléphone… En un coup de fil, le bénéfice de trois semaines de vacances s’évapore. Le bonheur, c’est simple comme un coup de fil. C’est étrange, les ennuis aussi… Au secours, la nounou m’abandonne à la dernière minute !
Après quelques injures bien pensées, LA question fatidique nous assaille : mais que faire du tout petit ? Allez, pas de panique, on respire et on enfile sa panoplie de super héros, un téléphone à la main et de bonnes chaussures (oui parce qu’il va falloir marcher… voire courir !)
Le marathon peut commencer.

Assistante maternelle ou crèche familiale
Tout d’abord on oublie la crèche collective (ou garderie). Les places sont rares et prises d’assaut plus de 6 mois auparavant.

Premier réflexe : passer à la mairie, au service de la petite enfance. Les mairies vous donneront le nom d’organismes agréés qui détiennent une liste précieuse d’assistantes maternelles. Certaines assistantes maternelles s’organisent même en crèche familiale et accueillent à leur domicile un à trois enfants.

Crèche parentale
On peut y trouver aussi les adresses de crèches parentales. Celles-ci, organisées en association, sont gérées par des parents. Ils participent activement à la vie de la crèche, et sont aidés par du personnel recruté qualifié. L’ACEPP (Association des collectifs Enfants Parents Professionnels qui rassemble les crèches parentales sur toute la France) peut nous aider dans nos recherches de crèches familiales.
L’un des avantages des crèches parentales se voit dans le porte-monnaie. Les parents versent une participation horaire, calculée en fonction de leurs ressources et de leurs charges de famille. Pour un enfant, ce sera 0,05% de nos ressources mensuelles.

On continue au pas de course pour s’arrêter aux points info famille (PIF). Il y en a dans tous les départements. Les familles peuvent y trouver des solutions de garde, même dans l’urgence, auxquelles elles n’avaient pas pensé.

Jeune fille au pair
Un petit détour par les universités peut nous sauver la mise. Les panneaux d’offres d’emploi sont des bons plans pour trouver une jeune fille au pair pour nos chérubins.
Sur Internet, l’UFAAP, l’union française des agences au pair, nous guidera pour trouver l’étudiante qui apprendra à nos enfants à maîtriser la langue de Shakespeare.
Attention ! La famille se doit d’offrir le gîte et le couvert à la jeune fille !

Internet, source intarissable de bons plans
Retour à la maison. Pas le temps de souffler, il faut s’armer de notre ordinateur pour trouver les idées proches de chez nous.

Mais le site à visiter avant toute chose : celui de la CAF mon-enfant.fr est là pour conseiller et orienter les parents afin de trouver la bonne solution d’accueil. Le site donne accès à un outil très pratique : le simulateur de coûts des différents mode de garde.

Des agences privées
Bien sûr, il y a les sites incontournables comme Bébé Annonce, Bébé Nounou, Babychou Services… Bien sûr, il faut faire le tri dans toutes ces agences privées ! Beaucoup de parents se tournent vers ces solutions alternatives, mais attention, parents fauchés s’abstenir ! Malgré les aides financières de la Caisse d'allocations familiales et des déductions d'impôts, le coût reste élevé. Le salaire de base est librement fixé entre les parents et l'employée à domicile (le SMIC horaire minimum), mais il ne faut pas oublier les coûts cachés : les repas, les remboursements des frais de transport, les congés payés de la nounou…

Penser aux mamies
Les mamies peuvent faire les meilleures nounous. Ça tombe bien ! Séniors à votre service se charge de mettre en relation les parents et les super mamies qui proposent leur service pour garder nos bouts de choux. Leurs tarifs sont précisés dans les petites annonces.

Il y a des jours comme ça où l’on se dit : impossible n’est pas parents !