5G, dangers et inconvénients

5G, dangers et inconvénients

Incertitudes et inquiétudes sanitaires, écologiques et sécuritaires… Faut-il accepter d’avancer en aveugle sur la 5G ou inviter la démocratie à la table des décideurs ?


Par rapport à la 4G, la 5G multipliera par 10 les débits, divisera par 10 le temps de latence (durée entre le clic et la réception de l’information), gérera simultanément des milliards d’objets connectés, permettant par exemple de généraliser télémédecine, véhicules autonomes et bâtiments intelligents.
Problème : là où il y a actuellement 8 antennes, il en faudra demain 64 ; quels seront les effets de ces milliers d’antennes sur l’exposition du public aux champs électromagnétiques ? On ne sait pas. Dans son rapport de janvier 2020, l'Anses déplore "un manque important de données scientifiques sur les effets biologiques et sanitaires potentiels". L'agence doit remettre une étude à la fin du 1er trimestre 2021. L'ANFR (Agence nationale des fréquences) estime à 30 % l'augmentation du niveau d'exposition moyen et fait l’hypothèse que "la consommation mensuelle en 5G sera de 28 Go par mois et par utilisateur" contre actuellement 7 Go en moyenne.
Outre l'impact sanitaire, quid de l'impact carbone ? Un équipement 5G consommerait 3 fois plus qu’un 4G. La consommation d’énergie des opérateurs serait donc multipliée par 2,5 à 3 dans les 5 ans à venir, soit une augmentation de 2 % de la consommation d’électricité en France. À cela il faut rajouter l'impact des milliers de nouveaux objets qui seront créés pour l'occasion et l'accroissement des problèmes de sécurité du réseau.
La Convention citoyenne pour le climat a jugé la 5G "sans réelle utilité" et demandé un moratoire. Il est singulier que le déploiement ait déjà commencé début 2020 sans étude d'impacts sérieuse et sans débat démocratique sur la question.

 

Source : Kaizen, Fanny Costes - 19/09/20