Forêt urbaine ou tomates cerises sur le balcon ? En ville, tous les “types” de nature ne se valent pas

Forêt urbaine ou tomates cerises sur le balcon ? En ville, tous les “types” de nature ne se valent pas

Les plantations du balcon, comme les forêts, bois et prairies contribuent fortement au bien-être psychologique.

Il semblerait que l'apport des parcs et jardins soit plus marginal.
C'est la conclusion d'une enquête française réalisée auprès de 2 500 personnes par l'intermédiaire d'un questionnaire portant sur le bien-être ressenti au cours de la dernière semaine et la fréquence d'exposition à différents types de nature.

Résultat : il existe une association entre le bien-être des habitants en ville et les caractéristiques perçues de la nature à proximité du lieu de résidence.
"En favorisant les activités physiques dites douces ou contemplatives – observer la nature, flâner, se reposer, retrouver des amis, sortir le chien par exemple – la qualité de ces espaces participe aussi indirectement au bien-être psychologique en réduisant le stress et en encourageant les contacts sociaux et la joie de vivre."

Cependant toutes les natures ne se valent pas. Les réponses des sondés ont distingué trois types d'environnements :
- la nature de proximité, le potager, la terrasse ou le balcon agrémenté de fleurs,
- celle domestiquée des parcs urbains, des jardins publics et des aires de jeux,
- celle des forêts, des bois et des prairies.
Il semblerait que la deuxième n'entraîne pas autant de bien-être que les autres. Ce qui tendrait à encourager aussi bien les projets de forêts urbaines que la culture des tomates cerises sur son balcon.

 

Source : We Demain, Florence Allard-Poesi, Justine Massu, Lorena Bezerra de Souza Matos – 12/06/22