Des PFAS toxiques à gogo dans les emballages et la vaisselle jetable

Des PFAS toxiques à gogo dans les emballages et la vaisselle jetable

Trop de substances perfluoroalkylées ou PFAS dans les emballages et la vaisselle jetables…

C'est ce que dénonce une étude de 9 ONG dont Générations futures ainsi qu'une enquête de l’UFC-Que-Choisir.
La première a testé 6 emballages en France (emballages jetables en pulpe végétale, sachets pour sandwichs, emballages papiers pour burger ou sachets pour cornets de frites). La présence de PFAS a été détectée dans tous les échantillons avec une concentration élevée et intentionnelle pour 5 d'entre eux.
La seconde a analysé 39 articles en vaisselle jetable à base de pulpe végétale ou de feuilles de palmier et 18 modèles de pailles papier ou en carton pour les pailles.
Résultat : 66 % des échantillons contenaient des PFAS, "au-delà des recommandations, parfois largement".

Problème : les PFAS sont toxiques. Elles s’accumulent dans l’organisme, selon l'Efsa (Autorité européenne de sécurité des aliments), elles diminuent la réponse immunitaire à la vaccination, ont un impact sur le cholestérol et sont liées à des cancers ou à l’obésité.
On les trouve dans les textiles, les produits ménagers, la lutte contre le feu, l'industrie automobile, la transformation des aliments, la construction, l'électronique.

Les ONG souhaitent renforcer la législation et demandent d’interdire ces substances chimiques pour toutes les utilisations non essentielles comme les emballages alimentaires et la vaisselle jetable. Elles conseillent aux consommateurs d'apporter leurs propres récipients alimentaires réutilisables quand ils achètent des produits à emporter.
L'association de consommateurs, elle, demande à l’UE d’ici fin 2022 "une liste précise des matériaux et additifs pouvant être utilisés sans danger comme substituts aux plastiques pour la vaisselle jetable". Elle réclame également "de renforcer le contrôle des allégations environnementales, notamment relatives au compostage".

 

Source : Natura Sciences, Matthieu Combe – 20/05/21