Les masques, même faits maison, protègent-ils du coronavirus ? Le débat démêlé en 8 points

Les masques, même faits maison, protègent-ils du coronavirus ? Le débat démêlé en 8 points

Début avril, le gouvernement a opéré un virage à 180° en recommandant l'usage généralisé des masques, après avoir nié leur utilité pour le grand public.

Différents types de masques : masques antiprojections ou "chirurgicaux", masques de protection dont les FFP2, autres masques comme les masques de chantier qui ne répondent pas aux mêmes normes et peuvent protéger de manière imparfaite.
Protection : seuls les masques FFP2 protègent. Il est recommandé de les réserver aux gestes invasifs respiratoires sur des patients intubés.
Les masques chirurgicaux empêchent celui qui le porte de propager le virus.

Les masques faits maison n’ont pas vocation à être utilisés par les soignants, leur protection filtrante n'est pas suffisamment fiable. Mais ils pourraient limiter la diffusion de sécrétions de la part de malades qui peuvent contaminer d’autres personnes.
Ces masques artisanaux pourraient donner l'impression d'une "fausse sécurité" : ils ne doivent donc en aucun cas exonérer du respect des autres gestes barrière.

L'OMS déconseille le port généralisé du masque. L'Académie nationale de médecine le recommande, même s'il est artisanal.

Les stocks de masques sont insuffisants en France à cause d'une décision de 2013 : sur fond de rigueur budgétaire, les stocks ont été dissous.
Le gouvernement français a changé d'avis car il a adapté ses recommandations à la situation de pénurie et d’urgence : la priorité était de fournir les soignants.

 

Source : Le Monde, William Audureau et Adrien Sénécat - 06/04/20