Dr Anthony Fardet : "Les aliments ultra-transformés abîment notre santé et celle de la planète."

Dr Anthony Fardet : "Les aliments ultra-transformés abîment notre santé et celle de la planète."

Lorsqu'ils sont consommés en excès, on voit monter le risque de mortalité et de maladies chroniques.

Les aliments ultra-transformés sont associés, selon plus de 70 études épidémiologiques, à une augmentation des risques d'obésité, de syndrome métabolique, de stéatose hépatique, de diabète de type 2, de maladies cardiovasculaires, de dépression, d'hypertension, de cancers, de syndrome de l'intestin irritable, d'altération de l'ADN, d'hyperactivité chez l'enfant et de déclin de la fonction rénale.
C'est le constat que fait Anthony Fardet, chercheur, spécialiste européen des aliments ultra-transformés.
Il ajoute que le système économique qui sous-tend la fabrication massive de ces produits n’est pas durable et a pour conséquence la disparition des petits producteurs et paysans, la pollution environnementale, la production de gaz à effet de serre, la déforestation, la perte de biodiversité, la souffrance animale, les inégalités sociales, la perte des traditions culinaires…

Il faudrait, selon lui, privilégier les aliments dont la matrice a été préservée de l'ultra-transformation, selon la règle des 3V : Vrai, Végétal, Varié.
"Il convient de respecter cette hiérarchie dans nos choix alimentaires : tandis que le "Vrai" nous oriente vers les aliments peu transformés, le "Végétal" et le "Varié" nous permettent de couvrir l’éventail de nos besoins en nutriments."

 

Source : La Nutrition – 14/01/22