La France met le cap sur l'éolien en mer flottant avec deux projets lancés en Méditerranée

La France met le cap sur l'éolien en mer flottant avec deux projets lancés en Méditerranée

Deux appels d'offres ont été annoncés par le Premier ministre pour des parcs d'éoliennes flottantes en mer.

Très en retard par rapport à d'autres pays européens, la France accélère. Ces projets devraient voir le jour d'ici 2030 en mer Méditerranée, à une vingtaine de kilomètres au large de Port-la-Nouvelle (Aude) et de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Une vingtaine d'éoliennes pour chacun, visant une production de 250 mégawatts (MW) capable d’alimenter en électricité un million de personnes (extension possible jusqu'à 750 MW). Cette décision suit l'objectif fixé par le Président de la République de construire 50 parcs éoliens en mer d'ici à 2050.

L'avantage du flottant est qu'il peut être installé loin des côtes et que son emprise au sol est moins importante. Mais il suscite autant de contestations que l'éolien terrestre ou posé au fond de la mer. Les ONG regrettent de ne pas avoir de retour d'expérience quant à son impact sur la biodiversité.

Pourtant, face à l'urgence climatique et la nécessité de sortir des énergies fossiles rapidement compte tenu de la guerre en Ukraine, ces installations sont indispensables. Mais elles doivent être acceptées et comprises de tous.

 

Source : Novethic, Concepcion Alvarez – 03/04/22