Levothyrox : un rapport judiciaire blâme Merck et les autorités sanitaires

Levothyrox : un rapport judiciaire blâme Merck et les autorités sanitaires

C'est bien le changement d’excipients avec l’association mannitol/acide citrique qui serait en cause…

Le rapport d’expertise demandé par le tribunal de Marseille qui avait été saisi par l’Association française des malades de la thyroïde (AFMT) a été remis le 2 avril 2021. Il conclut que le changement de formule a été insuffisamment évalué et que l’ANSM (Agence française du médicament) était consciente d’un problème potentiel dès septembre 2017.

Le changement d’excipients aurait entraîné une variabilité des dosages en lévothyroxine expliquant les dizaine de milliers d'effets secondaires indésirables signalés dès le printemps 2017. Contrairement à ce qui a été affirmé à l'époque par les autorités sanitaires et certains médecins, ces troubles n'ont rien à voir avec un quelconque effet nocébo généré par l’anxiété liée au changement de formule du médicament. Et il n’est plus possible d’affirmer, comme l’ont toujours fait le laboratoire Merck et l’ANSM, que la nouvelle formulation du Levothyrox est interchangeable avec l’ancienne pour tous les patients.

 

Source : Psychomédia – 30/05/21