Origines du SARS-CoV-2 : le virus est-il le produit d’un "gain de fonction" ?

Origines du SARS-CoV-2 : le virus est-il le produit d’un "gain de fonction" ?

Un virus créé par l'homme avec pour objectif de posséder de nouvelles fonctions le rendant plus pathogénique et/ou plus transmissible chez l’humain ?...

C'est le principe de la recherche de "gain de fonction".
Face à l'hypothèse de la transmission du coronavirus de l'animal à l'homme, celle d'une fuite provenant du laboratoire de l'Institut de virologie de Wuhan (WIV) refait surface. Cette dernière met dans une situation embarrassante Anthony Fauci, le directeur états-unien du NIAID (National Institute of Allergy and Infectious Diseases) qui auraient appuyé des expériences de gain de fonction dans cet institut de Wuhan financé par les États-Unis. Ce type de recherche à l'intérêt de faire comprendre les changements spécifiques dans le génome des virus et d'aider ainsi les scientifiques à mieux prévoir l'émergence de nouvelles pandémies et à développer les vaccins et les traitements adaptés.

Problème : le principe de la recherche de gain de fonction a été grandement contesté au cours de la précédente décennie. Elle nécessite notamment des infrastructures de haut niveau de sécurité et certains documents ont révélé que la rigueur des normes du WIV était parfois déficiente. "De plus, il a été avancé que certaines des études de gain de fonction ont été réalisées à cet institut à partir de coronavirus de chauve-souris dans des conditions inadéquates de biosécurité."

Conclusion : l'hypothèse selon laquelle le SARS-CoV-2 proviendrait d'une fuite du laboratoire de Wuhan devient de plus en plus prévalente. Il sera difficile d'en obtenir une confirmation certaine mais il est probable qu'à la lumière de cet épisode, les expériences de gain de fonction pourraient être réexaminées ainsi que les règles de sécurité des laboratoires qui les pratiquent.

 

Source : The Conversation, Benoît Barbeau – 27/05/21