Le ginseng : La racine de longue vie

Le ginseng : La racine de longue vie

Souvent considéré comme un stimulant des fonctions sexuelles, le ginseng a beaucoup d'autres vertus intéressantes pour notre santé, notamment au niveau du système immunitaire. Partons donc à sa découverte, apprenons à le choisir et à l'utiliser à bon escient…

Image

Sommaire

- Les variétés de ginseng
- Principe actif : les ginsénosides
- Ginseng "semi sauvage"
- Préparation traditionnelle
- Le choisir
- Attention aux imitations !
- Vertus adaptogènes
- Comment l'utiliser
- Recettes à boire
- Massage : macérât huileux de ginseng

Le ginseng est une plante rare originaire des vallées montagneuses humides de la Chine du Nord, de la Mandchourie, de la Corée, du nord des États-Unis et du sud du Canada.

Les variétés de ginseng
C’est sa racine qui est consommée et qui concentre les principes actifs et bénéfiques de la plante.

Il existe de nombreuses variétés de ginseng…
- Panax Meyer C.A.,
- Panax quinquefolius L. ou ginseng américain,
- Panax trifolius ou ginseng nain,
- Panax notoginseng ou ginseng chinois sanchii,
- Panax pseudo ginseng wall ou ginseng himalayen (Népal),
- Panax japonicus ou ginseng bambou,
- Panax elegantior ou ginseng perlé,
- Jooja (Tibet).

Principe actif : les ginsénosides
Les vertus du ginseng sont dues à ses principes actifs, les ginsénosides ou saponines du ginseng.
On en a identifié plus de 30 différents.
En quantités infimes dans la plante, le taux de ginsénosides peut varier selon la variété, l’âge, la partie de la plante, la méthode de conservation, la saison de la cueillette et la méthode d’extraction.

Ginseng "semi sauvage"
Le meilleur des ginsengs est celui qui pousse à l'état sauvage, mais il est introuvable sur les marchés occidentaux, du fait de sa rareté. En Chine et en Corée, certaines racines de ginseng sauvages se sont vendues plus de 10 000 € !

Le meilleur ginseng aujourd’hui disponible en Europe et aux États-Unis à un prix relativement abordable, est la variété semi sauvage qui conserverait les qualités du ginseng authentique et ancestral.

La Chine, la Corée, les États-Unis et le Canada en sont les principaux pays producteurs.
En Corée, par exemple, il est planté sur les terrains où l'on cueillait la plante sauvage autrefois. La qualité de ce ginseng est reconnue par un label de l’Etat Coréen, "Korean Office of Monopoly", qui garantit contre les imitations.

Préparation traditionnelle
Aussitôt après la récolte, les racines de ginseng sont triées et lavées.

- Le ginseng blanc est une racine simplement mise à sécher au soleil. Inconvénient : il se conserve mal et il est sujet à des attaques parasitaires.

- Le ginseng rouge est un ginseng blanc ayant subi un traitement spécial. La racine est baignée dans un sirop de sucre épais, déposée sur un drap qui est ensuite étendu sur une grille au-dessus d’une source de vapeur. Elle se retrouve "confite" et prend une couleur rouge brunâtre. Elle est enfin mise à sécher au soleil.
Ce traitement la rend inaltérable et amplifie ses effets bénéfiques.

Le choisir
Il vaut mieux éviter les ginsengs dont le taux de ginsénosides n’est pas indiqué… C’est généralement que ce taux est faible, du fait d'un mode de culture intensif. Il est même arrivé que soient vendues sous le nom de ginseng des racines de carottes ou de navets sauvages !

Il se présente :
- tranché en fines lamelles pour préparation d’infusions,
- sous forme d’extrait concentré ; il est alors au moins deux fois plus dosé en ginsénosides et directement assimilable.

Attention aux imitations !
Le "ginseng de Sibérie" est un pseudo ginseng récolté en Russie. Il s’agit d’une plante de la même famille, l’éleuthérocoque, aux vertus reconnues par la pharmacopée traditionnelle chinoise, mais différentes du ginseng.
Le "ginseng des femmes" est en fait de l’angélique chinoise.

Vertus adaptogènes
Le ginseng aurait des vertus dites "adaptogènes". C'est à dire qu'il aurait la capacité d'accroître de manière générale et non spécifique, la résistance de l'organisme aux divers stress qui l'affectent.
Il servirait donc à :
- stimuler le système immunitaire,
- lutter contre le surmenage, le stress de la vie quotidienne, l'asthénie physique, les bouffées de chaleur dues à la ménopause,
- aider les convalescents à recouvrer leurs forces,
- prévenir le vieillissement cérébral, les troubles de la mémoire et du sommeil chez la personne âgée,
- stimuler la fonction sexuelle…

Comment l'utiliser
Les doses journalières à prendre pour les différentes formes habituelles d'utilisation sont les suivantes :
- poudre en gélules : en moyenne 2 g, à prendre avec un verre d'eau, en une ou deux prises (selon la dose) le matin ou le matin et à midi, un peu avant les repas.
- extrait liquide : boire une ampoule le matin à jeun, une en fin de matinée, et une en milieu d'après-midi.
En règle générale, pour en retirer les meilleurs bénéfices, une cure de ginseng n'est jamais inférieure à 3 semaines et peut aller jusqu'à 9 semaines et plus.

En respectant les dosages recommandés, le ginseng n'a pas d'effets indésirables. En surdose il peut provoquer une excitation du système nerveux central (insomnie, confusion, tremblements), une congestion mammaire chez les femmes, des diarrhées matinales, des éruptions cutanées, une artérite cérébrale…
Avant d'en consommer, en cas de diabète, d'hypertension artérielle ou de grossesse, il faut consulter un médecin.

Recettes à boire
- Décoction de ginseng
- Verser 3 tasses d'eau dans un récipient de nature neutre (en terre, en céramique ou en verre).
- Ajouter 3 à 5 tranches de racine de ginseng et laissez cuire à feu doux pendant 3 heures environ en couvrant le récipient.
- Boire la décoction chaude ou tiède 1/2 heure au moins avant un repas. On peut y ajouter du miel.

- Elixir du désir
- Faire macérer pendant 15 jours 20 g de racine de gingembre, 20 g de racine de ginseng, 10 g d'écorce de cannelle, 1 g de stigmate de safran, 1 gousse de vanille dans 1 litre d'eau-de-vie à 42°C (ou du rhum).
- Au bout des 15 jours, filtrer le tout.
- Verser une cuillère à café de cet élixir du désir dans un verre d'eau.

Massage : macérât huileux de ginseng
Faire macérer des racines de Panax ginseng meyer biologiques dans de l'huile de Tournesol vierge biologique.

On peut utiliser ce macérât en huile de massage pour une action tonique sur les tissus et en cas d'asthénie, de convalescence, de début de grippe.
Pour le conserver, il faut le garder dans un flacon bien fermé à l'abri de la lumière et de la chaleur (température inférieure à 25 °C).

 

Sources :
Passeport Santé : Ginseng
Wikipédia : Ginseng
Vidal : Phytothérapie : Ginseng

 En savoir +

Une racine à forme humaine

À l'époque impériale, en Chine et en Corée, le "ginseng sauvage" de sous-bois est déjà si rare qu’il est réservé à l’empereur, sa cour et quelques grands seigneurs qui le considèrent comme un remède miracle à tous leurs maux. D’ailleurs, tout braconnier surpris à déterrer du ginseng a immédiatement la tête tranchée !
La médecine chinoise l'utilise depuis plus de 2000 ans ! Son nom vient du mandarin "ren shen", racine en forme d'homme.

Au 16e siècle, le ginseng sauvage se raréfiant, les coréens mettent au point les bases de sa culture.
Ce sont les pères Jésuites qui le font connaître en Occident.
Le ginseng entre à la cour de France sous le règne de Louis XIV qui en consomme jusqu'à la fin de sa vie.

En Europe dans les années 1940 et 50, il est utilisé principalement par les sportifs. Les boxeurs et les cyclistes utilisent régulièrement ses racines pour améliorer leur endurance et leurs performances sportives.
Le ginseng en Occident n'a commencé à avoir du succès que depuis quelques décennies.