L’acné : comment y faire face ?

L’acné : comment y faire face ?

Points noirs, kystes, nodules… Les hormones et la génétique jouent un rôle dans les causes de l'acné. Heureusement, la phytothérapie, l'aromathérapie ou l'homéopathie apportent des réponses intéressantes.

Image

Sommaire

- Trop de sébum
- Hormones et génétique
- Le traitement du dermatologue
- Des gestes simples au quotidien
- Bardane et pensée sauvage
- Contre les cicatrices
- Huile essentielle d’arbre à thé
- D'autres remèdes à base d'huiles essentielles
- Les solutions de l'homéopathie
- Le zinc, un allié
- Des recettes de grand-mère

L’acné est une maladie de peau caractérisée par l’éruption de boutons superficiels ou par des lésions plus profondes : points noirs, kystes, nodules… Trouble principalement adolescent, 80 % des jeunes de 11 à 20 ans sont touchés.

Trop de sébum
Les glandes sébacées situées sous la peau produisent en temps normal de petites quantités de sébum. Suite à un désordre hormonal, elles se mettent à trop produire cette substance grasse qui normalement évite le dessèchement de la peau et des cheveux. Parallèlement, les kératinocytes, cellules constituant 90 % de la couche supérieure de la peau, prolifèrent et obstruent les pores de la peau. Un terreau idéal pour les bactéries. C’est à ce moment-là qu’apparaissent boutons et points noirs.

Hormones et génétique
"L’adolescence est une période de la vie où les récepteurs hormonaux sont très actifs. Ils sont en effet stimulés par une grande quantité d’hormones surtout sexuelles comme l’androgène et la progestérone… Les glandes sébacées et les kératinocytes, activées par celles-ci, se mettent alors à trop sécréter de sébum et de kératine, protéine présente dans la peau, les poils et les ongles", explique Brigitte Dréno, dermatologue.
L’hérédité génétique joue ici un grand rôle : si nos parents ont souffert d’acné sévère dans leur jeunesse, les chances d’y échapper sont minces. Mais, les boutons ne sont pas uniquement l’apanage des jeunes, les femmes sont aussi très touchées.
"Il n’y a pas encore une cause connue mais plusieurs facteurs responsables de l’acné adultes : le stress, le maquillage et les règles."

Le traitement du dermatologue
Crèmes, pilules, antibiotiques, traitement hormonal … les médecins ont aujourd’hui un arsenal important et efficace pour diminuer de façon significative les comédons (points noirs).
"La prise en charge est adaptée au cas par cas. Généralement les adolescents préfèrent des traitements applicables comme les crèmes très simples à vivre tandis que les adultes plus exigeants sur le résultat, vont avoir des traitements systémiques qui passent par le sang, tels que les anti androgènes"

Des gestes simples au quotidien
Des gestes simples peuvent aider à endiguer ce fléau.
- Se laver avec un gel nettoyant au PH neutre (le savon de Marseille agresse l’épiderme et active la sécrétion de sébum).
- Éviter les frottements : toilette et application des crèmes doivent être effectuées par des gestes très doux.
- Éviter d’utiliser fond de teint et poudre.
- Ne pas percer la vilaine pustule apparue au milieu du front ! Cette technique peut laisser des cicatrices indélébiles.

Bardane et pensée sauvage
Les plantes peuvent aussi être des armes contre l’acné.
"Pour la résorber, on doit lutter contre l’inflammation et les bactéries. Pour cela il faut des plantes anti-inflammatoires, antibactériennes et dépuratives. La bardane réunie toutes ses propriétés grâce aux nombreux polyines présents dans sa racine. C’est la référence pour les problèmes de peau depuis deux millénaires", explique Jacques Fleurentin, pharmacien. À prendre soit en décoction soit sous forme de gélules, granules ou ampoules.

La pensée sauvage très présente dans les Vosges est aussi très utilisée.
"Moins forte que la bardane, je la prescris en relais à la fin du traitement."
Les personnes souffrant d’acné persistante peuvent faire des cures préventives à l’automne et au printemps.

Bues en infusions ou utilisées en lotion, d’autres plantes ont fait leurs preuves : basilic, avoine, pissenlit, trèfle rouge, ortie, écorce du chêne blanc, mahonia, amarante, ginseng ou encore salsepareille.

Contre les cicatrices
Finalement le problème le plus gênant avec l’acné, c’est les cicatrices. Les plantes proposent ici aussi des solutions.
"L’hélichryse, aussi appelée immortelle, a un grand pouvoir cicatrisant. Il faut la prendre en aromathérapie lorsqu’une plaie apparaît", confie Jacques Fleurentin.
L’hydrocotyle de Madagascar en pommade et le gel extrait de l’aloe vera sont d’autres possibilités.
"Mais les plantes sont efficaces sur des cicatrices plutôt récentes. Pour des marques anciennes, il vaut mieux utiliser des polymères médicaux prescrits par un médecin."

Huile essentielle d’arbre à thé
Une recette maison très simple pour les acnés non inflammatoires (c'est-à-dire sans kyste ou nodule) : mélanger 50 ml d’huile de noisette, très bon régulateur des sécrétions de sébum, avec 50 gouttes d’huile essentielle d’arbre de thé. Ne reste plus qu’à appliquer par un massage très doux.

D'autres remèdes à base d'huiles essentielles
Millepertuis, carotte, bergamote, géranium... Les huiles essentielles (HE) anti-acnéiques sont nombreuses. Au choix :
- agrémenter son masque d’argile verte hebdomadaire avec deux gouttes de l’une d’elles ;
- les utiliser en sauna facial en versant trois gouttes d'HE de lavande (anti-inflammatoire), de patchouli (régénérant), de citron (astringent), et de romarin (antiseptique contre-indiqué aux femmes enceintes) dans un bol d'eau bouillante, puis en restant au-dessus pendant 10 minutes.

Les solutions de l'homéopathie
"L’homéopathie marche très bien sur l’acné. Nous obtenons des résultats très intéressants", confie Michel Roussel, médecin homéopathe.
La prise de Selenium 5CH (deux prises par jours) diminue significativement les points noirs tandis que l’Eugenia Jambosa agit sur les acnés rosacées. Les cas les plus sévères peuvent être traité avec du Kalium Bromatum.
"Ce sont les prescriptions de base. Mais prises seules, elles s’épuisent et n’agissent plus. Il faut toujours les accompagner d’un traitement de fond. D’où l’importance de s’adresser à un homéopathe", ajoute Michel Roussel. En effet, le remède de fond est propre à chacun. Le praticien parvient à le déterminer en étudiant notre santé générale, nos goûts alimentaires ou encore les symptômes réactionnels.
"Mais c’est un soin de longue haleine. L’acné ne disparaît pas en huit jours, il faut être patient" ajoute le médecin.

Le zinc, un allié
En plus d’agir sur la croissance, la respiration, la digestion et la fertilité, le zinc intervient contre la bactérie responsable de l’acné.
"Le zinc est efficace sur les lésions inflammatoires. Il les réduit significativement et aide à leur cicatrisation", explique Brigitte Dréno. Prescrit en cure de deux mois, le zinc se trouve aussi dans notre alimentation : les huîtres, le foie de veau ou encore le jaune d’œuf.
"Mais on l’utilise surtout en complément d’un traitement car dès son arrêt on observe une rechute."

Des recettes de grand-mère
Et si nous trouvions dans notre réfrigérateur des solutions aux problèmes d'acné ? Un masque fait de gruau nous débarrassera des points noirs. Le blanc d’œuf battu appliqué sur le visage pendant quinze minutes absorbera, lui, l’excès de sébum.
L’armoire à pharmacie recèle aussi de trucs anti-acné comme le bicarbonate de soude. Mélangé avec un peu d’eau, il forme une pâte exfoliante avec laquelle il faut se frotter doucement le visage pendant une dizaine de secondes.
Avant de se coucher, on peut mettre un peu de dentifrice sur les boutons afin de les sécher. Au réveil, tout cela ne sera plus qu’un mauvais souvenir.

 

Sources :
Acné - Des conseils pour votre quotidien, Olivier Chosidow, Brigitte Dréno, édition John Libbey Eurotext
L’acné, Brigitte Dréno, édition Doin
Les Plantes qui nous soignent - Traditions et thérapeutique, Jacques Fleurentin et Jean-Claude Hayon, édition Ouest-France
Précis d’homéopathie, Michel Roussel, édition Alpen
L’homéopathie, Dominique-Jean Sayous, édition Eyrolles
Une peau zéro défaut, Danielle Vautrin, édition Alpen
Votre santé par les huiles essentielles, Daniel Scimeca et Max Tétau, édition Alpen
*Dermatology : Living with acne. A study of adolescents' personal experiences, docteur Henry Pawin, 2007
**European Journal of Dermatology : An epidemiological study of acne in female adults : results of a survey conducted in France, Poli F, Dreno B, Verschoore M, 2001

 En savoir +

Le lait : facteur aggravant

L’alimentation a souvent été montrée du doigt pour les points noirs et compagnie. S’il est certain qu’elle n’est pas la cause, il semblerait que certains aliments aient des propriétés aggravantes tel que le lait. Des études récentes ont démontré une forte corrélation entre sa consommation et les poussées acnéiques. Ce sont les hormones et molécules bioactives présentes dans le lait qui seraient à l’origine de la réaction.

 

Source : Journal of the American Academy of Dermatology 2008, Milk consumption and acne in teenaged boys

20 %
des consultations dermatologiques
sont motivées
par des problèmes d'acné

48 %
des jeunes touchés par l’acné
estiment que leur vie sociale
en subit des conséquences*

41 %
des femmes
entre 25 et 40 ans
souffrent d’épisodes acnéiques**