Rapport GIEC : limiter le réchauffement à +1,5°C ou +2°, "c’est maintenant ou jamais"

Rapport GIEC : limiter le réchauffement à +1,5°C ou +2°, "c’est maintenant ou jamais"

Sans des "réductions immédiates et profondes des émissions dans tous les secteurs", ce sera impossible…

Le dernier volet du rapport du GIEC vient de paraître et il incite à une action urgente. Il comporte 17 chapitres qui ont été élaboré durant 4 ans par 278 auteurs principaux à partir de plus de 18 000 études.
Conclusion : il reste 3 ans maximum pour inverser la courbe des émissions mondiales de gaz à effet de serre si l’on veut espérer limiter le changement climatique sous la barre des 1,5°C, mais aussi des 2°C. D’ici 2030, la baisse de ces émissions doit atteindre 43 % pour espérer limiter la réchauffement à +1,5°C. Elle doit atteindre 25 % pour le limiter à 2°C.

Atteindre ces objectifs nécessitera des transitions majeures dans les secteurs les plus émetteurs : en priorité la production d’énergie (34 % des émissions de CO2) pour laquelle le rapport explique qu'il faut tourner résolument le dos aux centrales électriques au gaz, au charbon et au fioul.
Pour l’industrie (24 % des émissions), le GIEC recommande les nouveaux procédés de production, d’électricité décarbonée, d’hydrogène et, au pire, de systèmes de capture et de stockage du carbone.
L’agriculture et la sylviculture (22 % des émissions) devront également jouer leur rôle pour stocker du carbone à grande échelle.

Le rapport pointe également du doigt le manque de verdissement de la finance dont les flux se situent à des niveaux "entre trois et six fois inférieurs aux niveaux nécessaires d’ici à 2030 pour limiter le réchauffement à moins de 2°C".

 

Source : Natura Sciences, Matthieu Combe – 04/04/22