EFT : techniques de libération émotionnelle

EFT : techniques de libération émotionnelle

C'est une version émotionnelle de l'acupuncture qui se pratique sans aiguille, juste en tapotant avec les doigts sur des zones précises. Encore peu connue en France, l'EFT aurait des effets à la fois sur les traumatismes simples et les traumatismes complexes.

Image

Sommaire

- Toutes indications psychologiques
- L'image la plus difficile
- Comment ça marche
- Technique de développement personnel
- Validée scientifiquement ?
- Où trouver un bon thérapeute ?

L'EFT (Emotional Freedom Techniques) fait partie du mouvement de la psychologie énergétique qui réunit les thérapies agissant sur le psychisme par l'intermédiaire du champ énergétique corporel.
"Son principe est relativement simple parce qu'il utilise à la fois le focus sur le problème à traiter et la stimulation de points d'acupression comme en médecine traditionnelle chinoise", explique Yves Wauthier Freymann*, psychothérapeute et formateur en EFT.

Toutes indications psychologiques
Stress post-traumatique, deuil non résolu, honte de soi, culpabilité du survivant, douleurs du membre fantôme… Les indications de l'EFT sont très larges.

La discipline existe depuis les années 1990, créée aux États-Unis par un ingénieur, Gary Craig à partir des travaux de Roger Callahan sur la Thought Field Therapy (TFT). Elle était orientée au départ vers le coaching puis a gagné le champ thérapeutique.
"Nous avons développé une pratique clinique de l'EFT qui peut être utilisée en milieu psychiatrique hospitalier. J'interviens dans une institution pour personnes handicapées mentales lourdes qui n'ont plus d'accès cognitif. La stimulation des points permet d'aider à la fois les résidents du centre et les éducateurs. Il n'y a pas de limites au champ d'action de l'EFT. La seule limite est le professionnalisme des thérapeutes. Il faut qu'ils aient appris à gérer certains types de situations", assure Yves Wauthier Freymann. "Bien sûr, concernant les aspects physiques il est recommandé de consulter un médecin et d’agir en bon père de famille quant à sa santé."

L'image la plus difficile
Au début de la séance, le thérapeute questionne son patient pour cibler correctement le problème à traiter.
"Selon l'histoire de la personne, il va déterminer la situation sur laquelle il va d'abord travailler. Il va chercher l'image la plus difficile dans cette situation, vérifier que la personne est bien connectée au réseau de mémoire et déterminer les croyances qu'elle a développées suite à cet événement."

Le patient est amené à évaluer de 0 à 10 l’intensité de l'émotion ou de la douleur liée à la situation.
Le thérapeute effectue ensuite avec ses doigts, généralement index et majeur, une ou plusieurs séries de tapotements sur des zones situées sur la main, la tête et le buste du patient. En même temps, ce dernier répète une phrase de rappel de la situation évoquée en début de séance. 14 points d'acupuncture sont utilisés, toujours les mêmes, 1 point par méridien (voir encadré).
Le tapotement peut être également effectué par le patient sur lui-même, tandis que le thérapeute active ses propres points en miroir.

Après quelques séries (ou "rondes de tapotements"), le patient évalue de nouveau l’intensité de l'émotion ou de la douleur. L'objectif est bien sûr de l’amener au plus proche de zéro.

Comment ça marche
"Quand on rencontre un problème, le système nerveux sympathique s'active. Le cerveau archaïque prend les commandes pour mettre la personne en mode survie et l'organiser en termes de danger et de sécurité. Il déclenche une série de réponses physiologiques : augmentation du stress, adrénaline, accélération de la respiration, rythme cardiaque… Quant on agit sur les points d'acupression, les recherches ont démontré qu'on active le système parasympathique. Un peu comme si on appuyait sur le frein, comme si on ramenait à zéro les sensations, les émotions : lorsque la personne repensera à son problème elle aura une perception complètement différente de la situation. C'est un travail de déconditionnement, d'anti-Pavlov, de retraitement de l'information."

Les effets d'une séance peuvent être très rapides sur des sujets sensibles. "On peut régler un problème en une séance. Parfois il est nécessaire d'en faire plusieurs notamment s'il y a eu des répétitions d'évènements traumatiques."

Technique de développement personnel
L'EFT est un technique facile à maîtriser qu'on peut appliquer à soi-même pour gérer ses émotions en dehors de la séance avec le thérapeute. Beaucoup de gens l'utilisent pour améliorer leurs performances scolaires, sportives ou professionnelles. On peut s'en servir notamment pour la prise de parole en public.

"Le bémol, c'est qu'il vaut mieux consulter avant un professionnel de la santé mentale pour voir s'il n'y a pas des problèmes cachés. En cas de traumas complexes, par exemple quand il y a eu des maltraitances ou des abus, ce n'est pas une très bonne idée de se retrouver tout seul, juge et partie dans le traitement. Il faut être prudent", ajoute Yves Wauthier Freymann.

Validée scientifiquement ?
Il existe une cinquantaine d'études qui valideraient l'EFT. L'une des plus connues a été publiée dans le Journal de la maladie mentale et nerveuse (Journal of Nervous and Mental Disease). Elle concerne le syndrome de stress post traumatique chez des anciens combattants états-uniens avec une efficacité de 86 à 90 % après six heures de coaching avec l'EFT.

"Toutes les études ont été probantes", affirme Yves Wauthier Freymann. "En Europe on a encore l'impression que l'EFT est une discipline un peu new age. Mais en réalité elles est très validée scientifiquement, même si l'on ne comprend pas encore tous les phénomènes qui sont en arrière plan."

Où trouver un bon thérapeute ?
Il vaut mieux s'assurer que le thérapeute est suffisamment formé pour détecter et gérer l'éventuelle complexité d'un traumatisme.

Aujourd'hui plusieurs organismes proposent des formations. On peut trouver sur leur site une liste de praticiens.
Yves Wauthier Freymann est à l'origine de l'Association Francophone de Psychologie Énergétique Clinique (APEC) qui propose une formation à trois niveaux : technicien, praticien, master. Le mieux est de prendre contact par mail avec l'association.

 

*Co-auteur notamment avec Brigitte Hansoul de EFT clinique et protocoles de traitement, éditions Dangles

Sources complémentaires :
Association for Comprehensive Energy Psychology (ACEP
IFPEC
EFT Emotional Freedom Techniques

 En savoir +

Les points utilisés en EFT

Localisation des 14 points et référence en médecine traditionnelle chinoise ; émotions associées…

- Sourcil : au début du sourcil, du côté du nez (Vessie 2) ; trauma, frustration, peur, impatience, agitation.
- Extérieur de l'œil : sur l'os de l'orbite à la hauteur du coin de l'œil ; (Vésicule Biliaire 1) ; rage, pouvoir, blocage, fureur, courroux.
- Sous l'œil : sur l'os de l'orbite à la verticale de la pupille regardant devant soi (Estomac 1) ; anxiété, peur, phobie, faim, privation, amertume, déception, avidité.
- Sous le nez : au centre de l'espace entre le nez et la lèvre supérieure (Vaisseau Gouverneur 26) ; embarras, impuissance, désespoir.
- Sous la lèvre : dans le creux entre la lèvre inférieure et la bosse du menton (Vaisseau Conception 24) ; honte, indignité, défectuosité, inutilité.
- Sous la clavicule : à droite et à gauche du U central qui joint les deux clavicules, juste sous l'os (Rein 27) ; peur, indécision, lâcheté, manque d'intérêt sexuel, manque de confiance en soi.
- Sous le bras : à une dizaine de centimètres sous l'aisselle, à la verticale sous le bras (Rate-Pancréas 21) ; anxiété future, souci, manque en cas de dépendance.
- Sous le sein : sous la masse mammaire (Foie 14) ; colère (excessive, généralisée), manque de joie, ressentiment.
- Tranchant de la main (point karaté) : entre la base de l'auriculaire et le début du poignet (Intestin Grêle 3) ; vulnérabilité, compulsion, obsession, tristesse.
- Pouce : à cheval sur l'ongle et la chair du côté extérieur de la main (Poumon 11) ; chagrin, tristesse, intolérance, mépris, préjugé, dédain.
- Index : à cheval sur l'ongle et la chair du côté tourné vers le pouce (Gros Intestin 1) ; culpabilité, problème de relations ou de contact.
- Majeur : à cheval sur l'ongle et la chair du côté tourné vers le pouce (Maître Cœur 9) ; jalousie, regret, tension sexuelle, entêtement.
- Auriculaire : à cheval sur l'ongle et la chair du côté tourné vers le pouce (Cœur 9) ; colère.
- Dos de la main (point de gamme) : sur le dessus de la main, dans le V entre les métacarpes formant la prolongation de l'auriculaire et de l'annulaire (Triple Réchauffeur 3) ; dépression, douleur physique, désespoir, tristesse, chagrin, abattement, découragement.