Nutrition : pour bien vieillir, il faut adapter son alimentation à son âge

Nutrition : pour bien vieillir, il faut adapter son alimentation à son âge

Se supplémenter en vitamine D, augmenter les apports protéiques au fil des ans (jusqu'à 2 portions de viande, œufs ou poisson par jour et 3 à 4 portions de laitage), adopter une alimentation diversifiée, plaisante, avec un rythme régulier (sans sauter de repas ni grignoter), associée à une activité physique adaptée et régulière.

Pas d’aliment interdit, mais certains sont à limiter : aliments denses en graisses cachées (présentes notamment dans certaines préparations industrielles), produits très sucrés (sodas, confiseries) et alcool. En effet, avec l'âge, différents facteurs conduisent à une diminution de la masse musculaire (un perte de près de 40 % entre 40 et 90 ans) et une augmentation de la masse grasse : la dépense énergétique a tendance à diminuer et l'on prend du poids. Chez les personnes plus âgées, en revanche, la dénutrition est un phénomène courant qui passe souvent inaperçu. Sa fréquence augmente avec l’avancée en âge : 4 à 10 % des plus de 65 ans vivant à domicile, 15 à 38 % en Ehpad et 30 à 70 % lors d’une hospitalisation. Elle peut entraîner une sarcopénie (force et masse musculaire basses) qui a des conséquences importantes sur la mobilité, l’autonomie, le risque de chute et de fracture.

 

Source : The Conversation, Anaïs Cloppet Fontaine, Agathe Raynaud Simon - 31/08/20